Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Départementales > CTSD/CDEN > Groupe de travail carte scolaire du 25 janvier 2010
Publié : 25 janvier 2010

Groupe de travail carte scolaire du 25 janvier 2010

Une carte scolaire bien difficile…

6 heures de discussions pour obtenir une carte scolaire très difficile qu’il faut combattre. La destruction de l’école publique est en cours.

L’inspecteur d’Académie nous a expliqué la façon dont il devait restituer les moyens :

- 3 au titre de la démographie
- 15 au titre du rééquilibrage entre les départements de l’académie
- 16.5 au titre des décharges des écoles à 4 classes qui étaient auparavant déchargées par un PE2
- 2.5 postes G à rembourser
- 4 ouvertures en ASH
- 5 postes en réserve pour la rentrée
- 18.5 ouvertures soit 64.5 postes à restituer. Les besoins annoncés : 11 postes et 53.5 fermetures

L’EDUCATION PRIORITAIRE MISE A MAL

Bien que l’IA ait validé le travail réalisé par les maîtres surnuméraires dans les écoles en éducation prioritaire, il supprime
- 1/2 poste à St Pierre élémentaire,
- 1/2 poste à St-Maurice élémentaire,
- 1/2 poste à Marcel follet élémentaire et
- 1 poste à Ham (Marie Curie).

Il propose le remaniement des décharges ZEP en attribuant à toutes les écoles maternelles et primaire en RAR 1/4 de décharge pour toutes les écoles, qui peuvent s’ajouter au droit à décharge réglementaire. 13 écoles devraient bénéficier de ce temps supplémentaire de décharge de direction : Le Crotoy, Flixecourt, Liomer, Neuville-Coppegueule, Louise Michel mat, Sénarpont, Georges Quarante mat, les Mosaïques mat, la Paix mat, Léo Lagrange mat, Voltaire mat, Gustave Charpentier mat, Pigeonnier mat, Longpré.

D’autres écoles ZEP en RRS garderaient 1/4 de décharge : La pépinière mat, St Maurice mat, Elbeuf élém., St Maurice A, St Maurice B, Petit St-Jean, Renancourt.

Par la même occasion, il revient sur toutes les décharges totales qui avaient été acquises il y a plus de 15 ans. Afin de limiter les conséquences de la perte de la décharge totale du directeur et le départ forcé des collègues qui assumaient cette décharge, nous avons demandé, si l’IA reste sur sa position, d’accorder au moins 1/4 supplémentaire au titre de la ZEP. Il s’agit de Georges Quarante élémentaire, Jacques Brel élémentaire, Louise Michel élémentaire, Schweitzer A, Schweitzer B, La Paix, Lesot A, Lesot B. Les écoles Etouvie B (application), Voltaire, Brassens/Les Saules, Michel Ange (direction unique maternelle et élémentaire) et Pigeonnier garderaient une décharge totale.

L’habitude était que lorsqu’une direction changeait de catégorie de rémunération, le collègue directeur gardait son bénéfice pendant un an. C’est un avantage départemental qui n’existera plus désormais.

LES RASED

Nous avions prévenu l’an dernier les collègues du risque de redéploiement des moyens RASED. Cette année, l’IA tient sa promesse : il supprime les 13 postes qu’il avait gardés l’an dernier.

- Abbeville les Platanes : -1 poste E
- St Valery sur Somme : -1 poste G
- Crécy en Ponthieu : -1 poste G, +1 poste E
- Villers Bretonneux : -1 poste E
- Ailly sur Somme : -1 poste G
- Amiens Georges Brassens : -1 poste G
- Beaucamps le Vieux : -1 poste E
- Réaumur/Pont de metz : -1 poste G
- Condorcet : -1 poste E
- Acheux en Amiénois/Mailly Maillet : -1 poste E
- Albert Daudet/Langevin : -1 poste G
- Moreuil : -1 poste G
- Eppeville :-1 poste E
- pour le rééquilibrage entre les circonscriptions : Amiens 3 : -1 poste G, Amiens 4 -1 poste G, Abbeville +1 poste E.

Il a enfin annoncé qu’il poursuivrait le rééquilibrage entre les circonscriptions l’an prochain. La mort annoncée des RASED est bel et bien en train de se concrétiser. Nous avions eu raison de réagir à l’annonce de ces retraits !

Enfin, et vous le verrez en consultant la liste des fermetures d’écoles (voir ici), l’IA s’est fixé un seuil de fermeture de classe. Après fermeture, la moyenne par classe doit être supérieure à 26 élèves pour qu’il ne ferme pas. Il a annoncé un seuil de 28 en maternelle. Quelques situations particulières en éducation prioritaire seront examinées.

Le CTPD du 2 février sera l’occasion de défendre encore plus les écoles qui sont dans ces limites annoncées. En agissant ainsi, l’administration occulte les spécificités des écoles et pratique une gestion purement comptable.