Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Nationales > Audience Eclair
Publié : 15 février 2011

Audience Eclair

Le SNUipp avec les autres syndicats de la FSU a été reçu mercredi 2 février par Christian Nique, chargé de mission pour mettre en place les ECLAIR. Lors de cette audience, le SNUipp - FSU a dénoncé le fait d’apprendre le projet d’extension des CLAIR aux écoles primaires par voie de presse et a réaffirmé son opposition à toute déréglementation statutaire et à tout démantèlement de l’éducation prioritaire.

Une nouvelle cartographie des ECLAIR  : Les RAR ont vocation à devenir des ECLAIR. Le SNUipp - FSU a demandé la liste des établissements qui doivent entrer dans ce dispositif. La DGESCO devrait arrêter la liste des établissements prochainement avant les opérations de carte scolaire. Elle devrait correspondre peu ou prou à la carte actuelle des RAR. Normalement, rien des RAR ne doit disparaître dans le passage aux ECLAIR : ni les moyens, ni le fonctionnement en réseaux, ni les secrétaires de réseaux, etc… Un engagement qui méritera d’être précisément suivi et vérifié sur le terrain, en particulier concernant l’avenir des PE enseignants surnuméraires.

Que change le passage en Eclair pour les écoles primaires ? : Pour le premier degré, le passage ECLAIR ne devrait entraîner quasiment aucun changement, selon C. Nique :
- Les postes à profil et les contrats de 5 ans ne concerneront pas le premier degré.
- Les préfets des études ne devraient pas concerner non plus le premier degré. Toutefois, le préfet d’étude devra être trouvé au sein du potentiel d’enseignants déjà en place. Ainsi, des établissements peuvent décider de transformer un poste d’enseignant référent en préfet des études. L’école primaire (qui n’aura pas de préfet d’étude) se verrait ainsi retirer un moyen remplissant des missions spécifiques et utiles à l’école.

Nouveauté dans le principe : les restrictions budgétaires peuvent avoir, elles, des incidences sur les ECLAIR : jusque-là, le classement éducation prioritaire donnait des moyens supplémentaires, a priori aux établissements. Désormais, ce n’est plus automatique : le critère ECLAIR donne le droit de plaider sa cause auprès des recteurs et des conseils généraux. Il n’y aura pas de cadrage national à la distribution des moyens, c’est le local qui décide et cela génère de fortes inquiétudes.

Pour le Snuipp - FSU, ce programme ne doit en aucun cas être l’occasion d’une dérégulation ni d’un démantèlement de l’Education Prioritaire ! Il a demandé qu’un bilan de l’expérimentation CLAIR soit réalisé, comme cela avait été annoncé au lancement de ce dispositif, avant toute généralisation.