Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Nationales > Livret Personnel de Compétences : appel du SNUipp-FSU à ne pas le (...)
Publié : 19 mai 2011

Livret Personnel de Compétences : appel du SNUipp-FSU à ne pas le remplir.

Le livret de compétences arrive dans un contexte où la politique et les outils d’évaluations ont subi des transformations importantes. Celles-ci sont concomitantes à la mise en oeuvre d’une politique éducative normative et utilitariste qui accroît les inégalités scolaires, liées aux inégalités sociales qui s’accompagne de l’accentuation d’un pilotage par les résultats, de la mise en place d’un socle commun contesté, de projets de nouveaux modes d’évaluation des personnels. Le rôle joué par les évaluations dans le parcours scolaire en a été largement bouleversé.

Sur le plan professionnel, le Livret Personnel de Compétences (LPC) pose également de nombreux problèmes : incohérences avec les programmes, intérêt pédagogique de certains items contestable, ambiguité sur la notion de compétences, validation impossible de certaines compétences, remise en cause de la dimension réflexive de notre métier, notion utilitariste s’appuyant sur le socle.

Cet outil imposé « d’en haut » vient se télescoper avec les livrets scolaires élaborés par les conseils des maitres amenant une surcharge de travail. Les enseignants n’ont été qu’exceptionnellement consultés, et associés à la construction de ce livret.

Il faut revenir à des principes sérieux, simples et lisibles en matière d’évaluation des élèves et de communication avec les parents. Il ne s’agit pas de classer, ni de sélectionner les élèves mais de les aider à apprécier leurs acquis et à progresser. Le SNUipp-FSU invite les enseignants à avoir une approche collégiale en faisant prévaloir leur professionnalisme et en usant de leur liberté pédagogique.

Au regard de ces éléments, le SNUipp-FSU appelle les équipes enseignantes à ne pas remplir ce Livret Personnel de Compétences.

Le SNUipp-FSU continuera son intervention auprès du ministère pour exiger une remise à plat des outils d’évaluation (livrets, dossier scolaire, bulletin aux parents …)