Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Départementales > CTSD/CDEN > CDEN : transports scolaires, pont de l’ascension...
Publié : 17 juin 2011

CDEN : transports scolaires, pont de l’ascension...

Le CDEN du mois de juin est présidé par le Conseil Général qui nous donne un bilan de leurs actions départementales en direction des collèges. Nous avons donc eu une présentation des actions de ce dernier : plusieurs collèges vont être réhabilités sur les 10 ans à venir, un plan de développement numérique est en cours, des actions en faveur des collégiens (pass’culture, 2ème jeu de livres scolaires, mobilité européenne..).

Auparavant, le débat s’est instauré sur les transports scolaires, les demandes de changement de transport pour les collèges et lycées… Pour les écoles, le problème ne se pose pas, les transports s’adapteront sur les nouveaux RPI.

A noter que chaque autocar utilisé pour les transports coûte au conseil général 70000€. Le budget total est de 30 millions d’euros pour 30 000 élèves transportés, et 782 communes desservies. Le département de la Somme ne fait rien payer aux parents d’élèves contrairement à d’autres départements.

Concernant le pont de l’ascension, l’IA a fait remarquer que l’absentéisme diminuait par la création du pont de l’ascension et a donc renouvelé son projet de report. Dans un premier temps, la date du 9 mai avait été évoquée. Puis pour trouver une solution pérenne dans le temps, la décision finale a été de décider un report systématique tous les ans du vendredi suivant l’Ascension au mercredi le précédent. Le pont de l’Ascension devrait donc être mis en place en 2012 avec un report des cours du vendredi 18 mai au mercredi 16 mai. l’Inspecteur d’Académie doit confirmer cette date prochainement.

Ayant appris l’ouverture d’une classe dans l’école privée Jeanne d’Arc d’Albert, permettant ainsi l’accueil de plus d’élèves de deux ans, la FSU a interpellé l’IA pour avoir une explication. C’est bien à cause de la fermeture faite l’an dernier aux écoles maternelles d’Albert que le privé peut scolariser des élèves et pas l’école publique… l’IA a continué à redire la même phrase : "l’accueil des deux ans se fait dans la limite des places disponibles". Une réponse qui ne nous satisfait pas.