Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Départementales > CAPD > Compte-rendu de la CAPD du 4 juillet
Publié : 4 juillet 2011

Compte-rendu de la CAPD du 4 juillet

Au programme de cette CAPD : les ineats-exeats, les refus de temps partiels et les questions diverses posées par les délégués du SNUipp-FSU (dont les révisions d’affectations).

En préambule, nous nous sommes attachés à redire le sentiment profond de dégradations de conditions de travail qui ont montré la souffrance des collègues dans leur travail. L’année scolaire a particulièrement été difficile pour tous, l’IA nous a d’ailleurs accordé quelque temps de discussion sur ce sujet en fin de CAPD.

PDF - 73.7 ko
Déclaration préalable (CAPD 4/7)

Ineat/exeat :
- 9 collègues ont obtenu leur ineat pour notre département.
- 12 exeats ont été accordés, sur critères médicaux ou sociaux, avec rapprochement de conjoint, enfants et enfants à venir. Quelques collègues sont encore en attente d’exeat, leur ineat étant accordé, et nous sommes intervenus pour que l’IA accepte leur départ.

Les demandes d’ineat et d’exeat seront étudiées jusqu’à la veille de la rentrée (au moins).

Temps partiels refusés :
120 collègues (sur 172 demandes) travailleront l’année prochaine à 80%. Aucune modification n’a pu être apportée puisque les affectations ont déjà eu lieu.

Devant les arguments développés par nos représentants du personnels, l’IA a convenu qu’il faudrait revoir l’année prochaine les règles d’attribution des temps partiels à 80% pour les titulaires remplaçants (ZIL ou BD) et les enseignants en RASED.

Révisions d’affectation :
Celles-ci seront examinées lors d’un groupe de travail à la fin août.

Collègues travaillant en SEGPA :
L’IEN-ASH est intervenu pour expliquer que les collègues de Segpa seraient désormais inspectés par les IEN de circonscription.
Il justifie ce changement de deux façons :
- la transversalité de l’école du socle amène les IEN de circonscription à être plus à même à intervenir dans le second degré. De même, ils sont également formés à la mise en œuvre de démarches pédagogiques pour les élèves à besoins éducatifs particuliers.
- l’IEN ASH ne pouvait pas assumer une inspection triennale de tous les collègues d’ASH, ce qui les pénalisait dans leur déroulement de carrière.

Donc, ce sont les IEN de circonscription qui inspecteront les collègues de SEGPA pour permettre à tous (enseignants de SEGPA et en ASH) d’être inspecté plus régulièrement.

Souffrance au travail :
L’IA est intervenu suite à nos nombreuses interpellations sur la souffrance au travail. Il envisage un groupe de travail à la rentrée sur ce sujet pour faire le point sur ce qu’il serait possible d’améliorer (rallonger les délais de réponse, amortir la demande et expliciter plus les demandes sont trois pistes qu’il propose). Si ces pistes sont intéressantes, elles ne seront certainement pas suffisantes pour inverser la vapeur…

D’après lui, les écrits demandés le sont pour "s’assurer que les collègues organisent leur réflexion sur les apprentissages non-réussis" . Nous avons assuré l’IA que l’impression de "flicage" des enseignants était majoritairement partagée.

Il convient que les outils qu’il propose peuvent être perçus comme "dissonants" mais réfute toute mauvaise intention dans la démarche. Ces outils ne seraient là que pour aider les enseignants et non pas pour les surcharger de travail. La masse d’outils pour aider les collègues est toutefois facteur de surcharge (plus de 200 pages pour la brochure sur le langage en maternelle…)

Nous lui avons rappelé que c’est le nombre conséquent d’enquêtes de tout ordre, d’injonctions des IEN, de multiples appels ou mails… qui pose problème. A cela, l’IA répond que "le fait de passer commande ne signifie pas que l’exécution doit être immédiate". Nous encourageons donc tous les collègues à ne répondre aux injonctions et enquêtes que si ils en ont le temps.

L’IA propose également une autre piste : des groupes d’analyse de pratique (sur la base du volontariat) pour permettre à ceux qui le souhaitent de mener une réflexion sur l’analyse pédagogique. Nous avons rappelé que la souffrance n’était pas l’apanage des seuls enseignants identifiés par les IEN comme étant en difficulté. Cette souffrance est partagée par de nombreux collègues qui vivent de plus en plus difficilement la détérioration de leurs conditions de travail.

L’Inspecteur d’Académie a rappelé que sa mission consistait à trouver un point d’équilibre entre le maintien d’une certaine exigence de résultats et le bien-être des personnels. Pour le SNUipp-FSU Somme, l’équilibre est en ce moment totalement rompu et l’IA doit s’en rendre compte et agir au plus vite, avant d’atteindre le point de rupture des enseignants.

A ce sujet, lire également :
- Trop, c’est trop… la suite de la suite