Vous êtes ici : Accueil du site > Documents, aides... > Qu’ont fait le SNUipp-FSU et la FSU ? et que feront-ils ?
Publié : 14 septembre 2011

Élections professionnelles 2011

Qu’ont fait le SNUipp-FSU et la FSU ? et que feront-ils ?

Bilan non exhaustif

Sans la pugnacité des élus du SNUipp - FSU 80 (et de la FSU 80) et d’eux seuls, nous n’aurions pas obtenu des avancées qui aujourd’hui apparaissent comme des évidences :
- Le respect du barème du début à la fin des opérations de mouvement / grâce notamment à la publication des barèmes
- Le coefficient de la note ramené à 0,5 dans le barème du mouvement / et non 2 comme jusqu’en 1998 puis 1 jusqu’en 2010
- La communication à l’ensemble de la profession de la grille de notation départementale et de l’état annuel des notes et non des notes arrêtées en référence à un document non connu de la profession comme jusqu’en 2001
- Un protocole départemental pour l’inspection / gage de respect mutuel
- Le maintien de la possibilité d’assister à 6h de Réunion d’Information Syndicale sur le temps de toutes les animations pédagogiques et non sur 3h d’animation pédagogique et 3h de concertation comme le voulait l’Inspecteur d’Académie en 2010 et en 2011.

De plus, le SNUipp-FSU Somme met à la disposition de toutes et tous, syndiqué.e.s ou non, son réseau d’une cinquantaine de relais de secteur, présents dans tout le département.

Chaque année depuis 2005 (la 7ème édition sort en septembre 2011), le SNUipp-FSU fournit gratuitement à toutes et tous son mémento administratif "Somme Toute" qui regroupe les informations principales sur quelques points : mouvement, promotion, direction, taux d’indemnités, temps partiel, accès à la hors-classe, inspection, notation, congés divers, retraite…

Et bien entendu, toutes les interventions individuelles ou au titre d’une école que nous menons avec les collègues, tous les jours, avec sérieux et, souvent, efficacité.

Les revendications et projets

- A l’opposé des régressions en cours et face à l’augmentation de notre charge de travail, continuer à promouvoir l’idée d’une évolution favorable des conditions d’exercice du métier pour plus de réussite : effectifs de classe bas et maîtres surnuméraires, remise en place des RASED, moins de temps devant les élèves pour plus de travail d’équipe, moins de travail administratif…
- Agir avec l’ensemble des salariés, contre la précarité (EVS/AVS), pour de vrais emplois, le pouvoir d’achat, le service public, les solidarités…
- Lutter contre le démantèlement en cours de l’Éducation Nationale et, plus généralement, des Services Publics.
- Continuer à prendre le parti du débat en organisant la confrontation des points de vue lors d’Universités (d’automne et de printemps), de stages ou de réunions à thème.
- Continuer à assurer transparence et équité avec la publication des barèmes pour les opérations de mouvement et, pour la notation, la publication de l’état annuel des notes par échelon.
- Obtenir des avancées pour le mouvement comme la non-obligation de formuler des vœux géographiques ou la prise en compte des enfants dans le barème au moins à la phase d’ajustements (ou mieux : à une véritable deuxième phase avec émission de vœux).
- En toutes circonstances et en recherchant toujours l’unité la plus large, agir pour des moyens à la hauteur des besoins du service public laïque d’éducation, dès la maternelle.
- Imposer, pour tous, une véritable revalorisation de la fonction enseignante dans le premier degré.
- Informer régulièrement la profession de l’actualité départementale à travers sa publication Enjeux d’Ecole, son site Internet et sa lettre électronique hebdomadaire.
- Élargir l’accès au temps partiel pour tous, quels que soient les postes occupés : directeur déchargé, ZIL, brigade, … etc.