Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Nationales > Projet de Loi d’orientation et de programmation : une ambition à (...)
Publié : 6 décembre 2012

Projet de Loi d’orientation et de programmation : une ambition à concrétiser

Issu d’un long processus de concertations, le projet de loi sur la refondation de l’école vient d’être rendu public. L’ampleur de ce texte reste bien modeste, il renvoie à de nombreux textes réglementaires qui devront décliner ses orientations. Le projet de loi traite de la formation des enseignants, du socle commun, de l’organisation des enseignements, du primaire, du numérique, de l’orientation, de la décentralisation et de la morale laïque. Les sujets absents sont nombreux : revalorisation et évolution du métier d’enseignant, professionnalisation et reconnaissance d’un statut pour les AVS, refonte de l’éducation prioritaire…

Plus de 50 articles nouveaux, une programmation des moyens sur le quinquennat, la première lecture du projet de Loi pour l’école indique un nouveau cap pour une nécessaire et indispensable réussite de tous les élèves.

"Rebâtir une école à la fois juste pour tous et exigeante pour chacun." Le principe de cette nouvelle loi donne le « la ». La musique des inégalités résonne depuis trop longtemps. Si notre école connaît de belles réussites, elle bute contre ce noyau dur de l’échec scolaire et ce malgré l’engagement des enseignants. Les objectifs affichés vont donc dans le bon sens : diviser par deux le nombre de sorties sans diplôme et réduire à moins de 10 % l’écart de maîtrise des compétences en fin de CM2 entre les élèves de l’éducation prioritaire et les autres.

De fait, le SNUipp-FSU se félicite d’une priorité au primaire, clairement affirmée afin de parvenir enfin à tordre le cou aux déterminismes sociaux des parcours scolaires qui se dessinent dès les premières années de la scolarité. Maternelle, scolarisation des moins de trois ans, plus de maîtres que de classes sont présentés comme des leviers qui restent à actionner. De plus, la création des écoles supérieures professionnelles de l’éducation (ESPE) constitue un autre levier pour la reconstruction d’une véritable formation professionnelle qui devra être fortement précisée.

Mais, si le cap est fixé, le changement est concrètement attendu sur le terrain. Une loi ne fait pas tout. Sa mise en œuvre et son accompagnement constituent des exigences déterminantes pour faire avancer l’école. Le SNUipp-FSU demande une véritable impulsion qui améliore de la qualité des temps professionnels. Confiance et reconnaissance sont des principes à faire vivre concrètement dans les écoles pour aider les enseignants à la réussite de tous. Ce sont ces signes concrets qui permettront à notre pays de mesurer de l’effet réel de cette Loi.