Vous êtes ici : Accueil du site > Direction d’école > Direction d’école et aide administrative : le flou des attributions.
Publié : 7 décembre 2012

Direction d’école et aide administrative : le flou des attributions.

Lors de l’audience du 6 décembre avec le DASEN, nous avons eu un débat assez long sur la direction d’école, les difficultés d’exercice du métier et les aides administratives.

M. Yves Delécluse a défendu l’idée d’un statut du directeur, avec une fonction hiérarchique identique à celle des chefs d’établissements du second degré, avec un conseil d’administration, avec du personnel administratif…
Nous sommes évidemment à l’opposé de cette proposition. Le SNUipp-FSU défend depuis longtemps le principe de la fonction des directeurs chargés de classe donc collègues dans une école et non supérieurs hiérarchiques.

La revendication nationale du SNUipp-FSU est bien de donner les moyens de mieux faire fonctionner l’école, en attribuant des décharges suffisantes aux écoles, en augmentant le nombre d’aides administratives (vrais emplois statutaires), en formant régulièrement les directeurs aux nouvelles tâches, aux nouveaux textes en vigueur…

Dans le département de la Somme, ces demandes sont récurrentes.

L’attribution des aides administratives par exemple, pose problème quand à l’équité des écoles. 58 contrats aidés pour 583 écoles ont été recrutés. Mme Fache a expliqué que le cahier des charges pour les IEN était d’attribuer ces aides aux écoles élémentaires de 9, 8 ou 7 classes, et ensuite les autres si besoin. Au regard de la liste qui nous a été donnée après le choix des IEN, cela n’est absolument pas respecté. Les personnes sur ces contrats aidés arrivent dans les écoles proposées et choisies par les IEN, sans discussion avec les représentants syndicaux.

Le SNUipp-FSU a vivement réagi à ces attributions qui ne sont pas identiques selon le territoire, le nombre de classes, le nombre d’élèves. Les quelques exemples suivants le montrent :
- 9 écoles (dont 4 en ECLAIR) d’Amiens 2 ont obtenu une aide administrative contre 4 (et aucune en ECLAIR) sur Amiens 3 et 3 sur Amiens 5, qui ne sont pas identiques non plus sur le nombre de classes ou d’élèves…
- une école maternelle à 3 classes accueille 92 élèves , n’a pas d’aide administrative, ni de décharge. L’école voisine élémentaire a 4 classes, 96 élèves, la directrice a une journée de décharge et une AADE à mi-temps.

Visiblement, les critères n’ont pas nécessairement été les mêmes en fonction des circonscriptions, ce qui pose de façon cruciale le problème de l’égalité de traitement des écoles.

Le SNUipp-FSU propose que la répartition de ces emplois soit revue :
- Les écoles en ECLAIR, élémentaire et maternelle, ont évidemment besoin de moyens supplémentaires, soit en temps de décharge soit en aide administrative.
- les petites écoles à la limite de la journée de décharge ont besoin également de temps libre pour la direction d’école par une journée par mois de décharge par exemple, ou une aide administrative une journée par semaine.

Le SNUipp-FSU est toujours dans la recherche de l’égalité de traitement des écoles, d’une meilleure prise en compte des difficultés de chacune d’entre elles… Il continuera à proposer ce genre d’aménagement lors de la préparation de la rentrée scolaire.