Vous êtes ici : Accueil du site > Direction d’école > Affelnet 6ème : Pas de surcharge pour les directeurs !
Publié : 20 décembre 2012

Affelnet 6ème : Pas de surcharge pour les directeurs !

Alors que le ministère envisage une généralisation d’Affelnet, le SNUipp-FSU a présenté au ministère un bilan contradictoire de son utilisation et dénoncé la surcharge de travail qu’il implique pour les directeurs.

Le SNUipp-FSU a présenté au ministère un bilan contradictoire de l’utilisation d ’Affelnet (voir plus bas) à partir de son enquête menée auprès des directeurs d’école en novembre dernier. Alors que le ministère envisage une généralisation d’Affelnet, le SNUipp-FSU ne se retrouve absolument pas dans l’appréciation « très angélique » du ministère, de la mise en œuvre dans les écoles de cette application d’affectation des élèves de CM2 en 6ème.

Selon le ministère, l’application actuellement utilisée dans 63 départements, serait bien appropriée par les directeurs d’école. Ce n’est pas l’avis du SNUipp-FSU qui a pointé les problèmes liés à son utilisation :

- Temps passé à saisir un certain nombre de données « papier » des familles ;
- Temps nécessaire à faire circuler les fiches entre école et familles ;
- Coût en papier et imprimante pris sur des fonds école ;
- Manque de clarté dans la saisie des informations (langues vivantes, options, choix du collège de secteur non automatisé, gestion des cas particuliers liés au handicap) ;
- Absence de formation à l’application ou d’aide face aux problèmes rencontrés.

Un transfert de charges de travail

Le SNUipp-FSU dénonce ce transfert de charges de travail des secrétariats de collèges vers les directions d’école dont les moyens en aide administrative ont été rabotés voire totalement supprimés. Il a demandé un bilan sur l’ensemble des applications mises en œuvre dans les écoles et de leurs conséquences positives et négatives sur le travail des écoles. Dans ces bilans, les questions de la formation, des décharges et des aides administratives doivent être abordées. Il a pointé la nécessité de transparence et de contrôle de ces applications dans le cadre d’un observatoire indépendant.

Pour le SNUipp-FSU, en l’état, la généralisation d’Affelnet n’est absolument pas mûre. Ce travail constitue une surcharge supplémentaire pour les directeurs d’école et un coût pour les communes. Inacceptable en l’état, des modifications et des garanties sont indispensables.

Enquête SNUipp-FSU octobre 2012 sur les fichiers et applications

Sur les 1 224 directeurs qui ont répondu à l’enquête, 50 % utilisent Affelnet. La plupart des réponses concernent une entrée dans le dispositif, parfois dans la précipitation. Parmi eux :
- 99 % y sont contraints.
- 67 % n’ont pas reçu de formation.
- Avant Affelnet 63 % des dossiers étaient remplis par les enseignants de CM2.
- Plus de 75 % de directeurs considèrent que cela alourdit leur travail.
- 70 % pensent que ça ne représente pas une menace pour les libertés

Le SNUipp-FSU avait lancé une action de protestation l’année dernière pour dénoncer cette surcharge de travail.