Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Départementales > Rythmes scolaires Amiens : rumeur démentie
Publié : 22 janvier 2013

Rythmes scolaires Amiens : rumeur démentie

Rencontre avec les syndicats à la mairie d’Amiens

Les représentants syndicaux (SNUipp-FSU, SE, FO et Sgen) ont été reçus ce matin par le Maire d’Amiens, Gilles Demailly, sur les rythmes scolaires.

Dans une premier temps, M. Demailly a bien dit qu’il était pour la réforme des rythmes scolaires, qu’il n’était pas pour le statu quo, et qu’il préférait les 4 jours 1/2. Il a expliqué sa position. "Les élus ne sont pas satisfaits des conditions d’organisation de cette nouvelle disposition, notamment au plan financier, dont les conséquences sont lourdes même avec la compensation d’un an. D’autant que cette dotation ne sera pas pérenne et que les budgets communaux vont diminuer." Il a ajouté : "Amiens fait déjà beaucoup pour le péri-scolaire, avec l’ouverture de 30 centres de loisirs tous les soirs. Le budget consacré à la petite enfance et à l’enfance à augmenté d’1/3 depuis 5 ans. Le dossier des rythmes scolaires est complexe." M. Demailly a choisi de réunir tous les partenaires, tous les personnels dont le statut sera modifié (animateurs). Il considère que les négociations nationales ont été trop rapides.

Nous avons ensuite donné notre avis sur la réforme des rythmes, chacun donnant sa version et son analyse.

Le SNUipp-FSU a défendu sa position : une réforme des rythmes scolaires est possible quand elle a été discutée avec tous les partenaires. Elle ne doit pas dégrader les conditions de travail… Le SNUipp-FSU a rappelé que des courriers au DA-SEN sont envoyés par les écoles qui souhaitent le report à 2014. Un second courrier au conseil Général a été aussi transmis pour demander ce report. Un mail a été envoyé également aux maires des communes pour leur expliquer la possibilité de report, si les conditions ne sont pas réunies pour la mise en place de cette réforme. Il a rappelé l’opposition unanime du CSE, du CTM et donc la suspension actuelle du décret. Cette demande permettra aux délégués syndicaux, au plan national, d’obtenir des compensations financières, de mettre à plat les différentes déclinaisons que cela risque d’engendrer (mouvement, remplacement, …etc.)

Le SE et le Sgen sont sur une position plus large de possibilité de commencer tout de suite la réforme là où c’est possible, mais réitèrent avec le SNUipp la demande de compensations financières.

FO refuse la réforme et demande son abandon, il veut rester sur les 4 jours avec les 60h d’aide personnalisée.

Concernant les rumeurs…

Coupure du midi (3h) ? Fin des cours à 17h ?

M.Demailly dément cette rumeur, il n’en a jamais été question. C’est pour lui, inenvisageable ! Il n’a jamais imaginé cette coupure de 3 heures. Il considère qu’il n’est pas acceptable de faire du péri-scolaire avec les associations sur le temps du midi. Il ne veut pas de cette possibilité. Il nous a affirmé ne pas vouloir non plus que les cours se terminent à 17h.

Études maintenues ou pas ?

M. Demailly ne s’est pas penché sur la question mais considère que des enfants ont besoin de ce temps avec les enseignants, que les études sont utiles à beaucoup d’élèves. A priori, il laisserait la possibilité de faire des études.

Date retenue pour le passage à 4jours 1/2 ?

Le choix d’entrer dès septembre 2013 sur le passage à 4 jours et demi n’est pas pris. Cette décision sera discutée lors du conseil municipal du 7 février. Que ce soit en 2013 ou 2014, la mairie d’Amiens a les moyens humains pour mettre en place la réforme, d’autant que le taux d’encadrement des activités péri-éducatives change : il passe à 1 animateur pour 14 (maternelle) et 1 pour 18 (primaire). Au point de vue financier, ce n’est pas une question d’argent pour une année, mais sur le long terme, cela va coûter au budget communal.

La rumeur est donc complètement fausse !

Le SNUipp-FSU a rappelé qu’il organisait une réunion d’information syndicale spéciale "Rythmes Scolaires" qui aura lieu mercredi 23 janvier de 14h à 17h à l’espace Dewailly pour donner la parole aux enseignants, expliquer les bases du décret contre lequel le SNUipp-FSU a voté au CSE et au CTM….

Il invite les personnels, partout dans le département, à réunir les conseils d’école pour que les enseignants puissent donner leur avis.