Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Départementales > CAPD > Groupe de travail Mouvement : craintes et améliorations
Publié : 6 février 2013

Groupe de travail Mouvement : craintes et améliorations

Un nouveau barème plus clair, plus lisible, plus intéressant pour les collègues victimes de carte scolaire… De nouveaux postes sans doute à profil. des postes réservés pour les PES. Des changements à vérifier avant la CAPD du 7 mars.

Le groupe de travail sur le mouvement a permis de clarifier les choses quant aux changements que veut opérer le DAsen de la Somme. Présidé par Mme Maire, le groupe de travail a avancé des propositions de changement aux documents du DAsen.

Ce mouvement sera conforme à ce que nous avons obtenu lors de l’audience des trois SNUipp des trois départements : un mouvement à deux phases avec deux phases de saisies de vœux. (voir ICI)

Nous sommes intervenus sur plusieurs points de la circulaire proposée pour améliorer les conditions des collègues.

- Il y a eu la certitude d’un blocage de postes pour les 80 PES dès la première phase, même si les résultats de leur titularisation ne seront connus que fin juin, début juillet. Ces PES, selon la volonté du Ministère de mettre la priorité sur la formation des enseignants, seront affectés sur des postes entiers compatibles avec leur formation. Il y aura sans doute une publication de ces postes gelés sur lesquels les PES postuleront et sur lesquels ils seront nommés à titre provisoire d’après leur rang de concours. Ce sera en quelque sorte un mouvement spécifique. L’administration ne sait pas encore quelles seront les écoles où de tels postes seront gelés (probablement les départs en retraite, les congés de formation…). Nous avons demandé à ce que ces postes ne soient pas toujours les mêmes tous les ans.

- Sur l’obligation du vœu géographique à la première phase, pour les collègues à TP, après avoir annoncé notre opposition de principe sur ces vœux particuliers, nous avons toutefois demandé à ce que les collègues qui auraient oublié de le mettre soient prévenus avant que l’administration ne leur en ajoute un.

- Nous avons demandé que les collègues désirant postuler sur un poste spécialisé (sans la formation) ou sur un poste de maître formateur (sans la qualification) à TP, puissent garder leur poste un an. Selon l’IEN adjoint, ils devraient pouvoir demander une délégation rectorale pour un an et garder leur poste à TD. Cela peut leur permettre de connaître les nouvelles missions de ce nouveau poste avant de demander à partir en formation CAPA-SH ou à passer le CAFIMPEMF.

- Un débat s’est ouvert sur l’incompatibilité des nouveaux postes à profil qui ne pourraient pas être donnés à temps partiels. Nous avons argumenté contre cette disposition. Le DAsen reviendra sur ce point lors de la CAPD du 7 mars.

- L’administration propose de profiler deux catégories de postes : les "plus de maîtres que de classes" et les postes pour "la scolarisation des moins de trois ans". Nous nous sommes opposés à la multiplication des postes à profil, précisant qu’aujourd’hui les collègues sur les postes d’animation soutien n’étaient pas profilés (seuls les postes langage l’étaient). La nomination sur trois ans a été refusée de façon unanime par les organisations syndicales. Mme Maire en fera part au DAsen.

- Le barème serait inchangé, mais le DAsen a proposé un réajustement du correctif de note que les trois syndicats ont refusé. Le SNUipp-FSU Somme a même proposé que la note ne soit plus présente dans le barème du mouvement qui est une opération administrative et pour lequel une note pédagogique ne devrait pas être utilisée (cela aurait également réglé les injustices de notations : note ancienne, nouvelle grille de notation, …etc.) mais les deux autres organisations syndicales présentes ne l’ont pas souhaité, préférant sans doute un mouvement "au mérite".

- Les mesures de carte scolaire devraient changer le barème en ajoutant des points lorsque les collègues sont victimes de fermeture de poste. La proposition était de 50 points pour une priorité absolue, 25 points pour une priorité normale. Nous sommes intervenus pour expliquer que ces points supplémentaires ne suffisaient pas au regard du mouvement de l’an dernier (10 collègues n’auraient pas obtenu leur poste actuel). Mme Maire s’est engagé à donner 100 points pour une priorité absolue et 50 points pour une priorité normale. La priorité intermédiaire devrait être de 75 points, mais ce dernier point est à confirmer.
Cette mesure simplifiera grandement la compréhension du mouvement par tous les collègues puisque seuls les barèmes seront comparés, sans comparer les niveaux de priorité. Le SNUipp-FSU Somme, qui est la seule organisation syndicale à publier les barèmes des personnes nommées au mouvement, partage cette opinion et est donc favorable à cette évolution sous réserve que le nombre de points alloués soit suffisant pour assurer de l’obtention d’un poste (comme le faisaient les priorités).

- les conjonctions de coordination "et ", "ou" et "puis" provoquaient des incompréhensions pour les collègues dans la circulaire mouvement. Ce qui est noté à présent n’apporte plus cette différenciation. Ce qui revient à dire qu’ il ne sera plus nécessaire de mettre son poste actuel en premier pour avoir une priorité normale de 50 (ou 100) points. Les risques de ne pas activer sa priorité à cause d’une erreur disparaissent d’eux-mêmes, ce qui est une excellente mesure.

- Les ZIL et brigades victimes de la carte scolaire (redéploiement, réimplantation) auront désormais la possibilité d’avoir une priorité normale sur tous les postes d’adjoint et pas seulement sur les postes de ZIL et brigades.

C’est en tenant compte de l’avis des organisations syndicales que le DAsen décidera lors de la CAPD du 7 mars de l’application de la nouvelle circulaire. Lui seul aura la responsabilité de cette circulaire mouvement qui s’améliore au regard de celle des années précédentes mais attend encore des améliorations certaines.