Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Conseillers Pédagogiques : audience avec le DASEN
Publié : 25 juin 2013

Conseillers Pédagogiques : audience avec le DASEN

Le lundi 10 juin, le SNUipp-FSU a rencontré les CPC qui s’inquiètent quant à l’accroissement de leur temps de travail, de leurs missions, des frais de déplacement…

Le SNUipp-FSU avait proposé que cette audience soit commune à l’autre organisation syndicale présente, celle-ci a rejeté cette proposition. Florence Drivet (responsable de la formation) et Maryse Lecat (secrétaire départementale) ont rapporté les demandes et les propos des CPC à cette audience.

- A propos du temps de travail
Les CPC sont contraints de suivre le texte de loi du 25 août 2000 qui définit leur temps de travail à 1607 heures. L’argument du DASEN étant que leur poste n’est plus devant des élèves et qu’ils ne sont donc plus soumis au régime des PE. Les deux semaines supplémentaires pendant les grandes vacances sont mal vécues par les CPC, le travail annuel ayant très souvent été fait bien au delà. Le DASEN a convenu qu’une souplesse était tout à fait possible à ce moment là mais qu’il souhaitait garder ce cadre dans la fiche de poste. Mme Maire considère que les 1607 heures sont une contrainte maximale d’amplitude de travail.

Les nouveaux rythmes scolaires peuvent engendrer des changements de présence des CPC mais le DASEN n’a pas encore tranché sur l’organisation de ces rythmes et leur impact sur le temps de présence effective des CPC. Cette année est transitoire et la réflexion est en cours mais rien n’a encore été décidé sur les conséquences pour les CPC.

Le SNUipp-FSU a rappelé que l’amplitude horaire hebdomadaire ne devait en aucun cas dépasser les 39h prévues par la loi.

- sur les missions des CPC
Les CPC auront en charge de suivre, à la rentrée, les PES (3 fois sur l’année) avec les maîtres formateurs et les DEA. Les contractuels seront suivis par les tuteurs volontaires et les MAT. C’est un retour de la mission primordiale des CPC : la formation. Celle-ci a été noyée par d’autres tâches plus administratives, moins en adéquation avec leurs missions.

Le DASEN a prévu de réunir ensemble les CPC et les IEN à la rentrée pour définir les objectifs et les missions de chacun, notamment en priorisant les tâches dans toutes les circonscriptions. C’est un souci de transparence que le SNUipp-FSU apprécie.

- Frais de déplacement 
Les CPC souhaitent une véritable transparence concernant la dotation allouée, cette dernière varie d’une circonscription à une autre. L’enveloppe est allouée pour une année scolaire, connue seulement en mars. Les CPC roulent donc à l’aveugle plusieurs mois de l’année et souvent les remboursements de frais sont épuisés avant la fin de l’année. L’enveloppe est donnée à IEN qui gère la répartition au sein de son équipe. Cette répartition est fléchée par le DASEN, mais il laisse la liberté de rééquilibrage et d’adaptation aux IEN. Cette année, la priorité était donnée au numérique, les IEN ont choisi de donner une somme similaire aux ATICE et aux CPC.

Même s’il existe un choix départemental spécifique, le SNUipp-FSU demande que la répartition entre les différents intervenants d’une circonscription soit équitable.

-  Budget de fonctionnement
Les CPC nous ont fait part de la difficulté pour eux de fonctionner : photocopies, matériel pédagogique, livres… sont à leurs frais personnels. Le DASEN a reconnu qu’il n’existait plus de crédits pédagogiques, qu’ils étaient asséchés. Rien pour le moment n’est envisagé pour remplacer ces lignes budgétaires vides.

Le SNUipp-FSU continue à intervenir nationalement pour de véritables crédits de fonctionnements pouvant servir aux CPC mais aussi aux écoles par le biais des projets CLEA, PAI, PAO.

- Concernant les jurys de concours
Les CPC demandent s’il est possible d’instaurer une liste qui permettrait à chaque CPC d’être membre du jury à tour de rôle. En principe, personne n’est exclu du dispositif puisque cela fait partie des missions des CPC. Mais le DASEN nous a appris que les jurys devaient avoir une représentation académique, qu’il y avait un quota par département et que les IEN pouvaient également être membres des jurys. Il ne souhaitait pas que des circonscriptions soient dépourvues de tous ses membres en même temps. Il veillera à ce que le turn over soit respecté. La liste sera connue de chacun.

- Rémunération
Les CPC qui participent aux réunions de travail des réseaux ECLAIR demandent s’ils peuvent bénéficier de la prime ECLAIR. Le DASEN ne peut pas répondre pour le moment à cette question. Il s’interroge sur l’éligibilité de leur demande, notamment sur leur affectation si elle n’est pas rattachée à un établissement en ECLAIR.

En discutant avec les CPC, en allant à leur rencontre, en intervenant auprès du DASEN, le SNUipp-FSU montre que toutes les catégories de la profession ont droit à l’information qu’ils attendent, qu’un syndicat permet d’obtenir des réponses plus rapidement. L’équité et de la transparence restent à tous les niveaux l’objectif à atteindre.