Vous êtes ici : Accueil du site > Direction d’école > Aide administrative : un espoir pour les écoles.
Publié : 21 juillet 2013

Aide administrative : un espoir pour les écoles.

Un groupe de travail sur les contrats aidés s’est déroulé le 10 juillet à la DSDEN.

La dotation initiale des contrats aidés est amplifiée par la création de 10000 emplois aidés par le ministère. L’académie se voit dotée de 2097 emplois aidés dont 2059 pour les établissements publics.

Pour le département de la Somme, ce sont 533 contrats qui sont possibles : 337 au titre du handicap et 196 pour l’aide administrative et les autres missions du second degré.

Lorsque l’avis du directeur d’école et celui de l’employeur étaient favorables, les personnes dont le contrat s’est arrêté au 30 juin ont un renouvellement automatique pour le 1er septembre (dans la mesure où ils ont toujours des droits).
Sur les 56 aides administratives, 10 avaient épuisé leurs droits. Sur les 46 restants, 1 n’a pas voulu continuer, 1 est devenu AVSi, 6 ont eu un avis défavorable. Les 38 autres reviennent donc sur leur poste à la rentrée sur un contrat de 12 mois.

Les interventions rapides du SNUipp-FSU à tous les niveaux ont permis le réemploi des personnes en plus du maintien des postes. Certains oiseaux de mauvais augure pensaient qu’il ne pourrait pas en être ainsi, ils se trompaient.

Les écoles qui pourront bénéficier de ces aides administratives seront choisies sur un critère simple :
- Les écoles sans décharge (84)
- Les écoles avec ¼ de décharge qui ont 9 classes (9)
- Celles qui feront une demande particulière et qui auraient 7, 8, 11, 12, 13 classes.

Ces nouveaux recrutements de CUI auront lieu dès la rentrée. Il faut néanmoins un délai de 4 semaines minimum pour que les contrats soient signés, les autorisations de paiement faites… Mme Pilli assure ce travail au rectorat et se préoccupe, dès maintenant avec la DAFOP, du parcours de formation pour ces personnes.

Le SNUipp-FSU espère que les candidats seront présents pour pallier aux difficultés administratives des écoles, tout en continuant à revendiquer de véritables emplois statutaires.