Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Départementales > Comité de suivi des rythmes... la suite
Publié : 7 novembre 2013

Comité de suivi des rythmes... la suite

Le DASEN nous a fait part d’un premier bilan sur les communes ayant commencé les rythmes scolaires. Il a évalué à la manière des trois couleurs (vert, orange, rouge) l’ensemble des communes rentrées dans la réforme dès cette année. Selon l’administration, sur les 42 communes :
- 39 sont au vert, c’est à dire que la réforme s’ajuste au fur et à mesure assez correctement. Ce sont des communes où la concertation existe et où les difficultés trouvent des solutions.
- 2 communes sont au orange : Péronne et Abbeville. Les rapports entre les usagers ont généré des difficultés majeures. Les liaisons entre les enseignants et les TAP ont posé problème. Les maires ayant décidé des temps des APC à la place des enseignants.
- 1 commune a été contrainte de suspendre les rythmes (la presse a largement montré les incohérences du projet initial) et a l’obligation de retravailler le projet en partenariat large (parents, enseignants, mairie) : Boves.

Le SNUipp-FSU avait, avant les vacances, interrogé énormément d’écoles pour connaître l’avis des enseignants. Il a donc apporté l’avis de ceux-ci en montrant notamment la fatigue accrue des élèves et des enseignants :
- Le manque de concertation a créé de nombreuses difficultés.
- Les activités périscolaires ont engendré des problèmes, notamment lorsqu’elles sont proposées à tous les élèves de la maternelle au CM2, lorsqu’elles n’ont aucun intérêt pédagogique ou encore lorsqu’elles se passent dans les classes.

Le bilan que nous tirons de ce début d’année n’est pas aussi rose que celui du DASEN : pour nous, de nombreuses difficultés persistent dans une grande majorité de communes (Bellancourt, Caours, Boves, Péronne, Oisemont, …etc.) et les communes où cela se passe bien sont trop rare (Fouilloy, Liomer, Dury, …).

Pour les nouveaux projets qui sont en cours de discussion, le DASEN a mis en place des réunions avec les maires des communes où il a demandé que les conseils d’école soient tous sollicités tout en rappelant que c’est le maire seul qui proposera le futur projet et que c’est le DASEN qui validera.

Le SNUipp-FSU a réitéré son souhait de réécriture du décret. L’abrogation du décret reviendrait à considérer que la semaine des 4 jours ou qu’un retour à l’école d’autrefois serait la solution. Le SNUipp-FSU propose un plan d’action aux collègues qui a commencé il y a plusieurs mois et qui se concrétise ces jours-ci : interpellation du Premier Ministre, rassemblement des délégations départementales à Paris le 20 novembre, grève en préparation début décembre…

Une organisation syndicale a choisi de ne plus assister à ce comité de suivi des rythmes. Le SNUipp-FSU veut une réelle concertation réfléchie qui apporte une réelle amélioration de la scolarité des élèves, dans des conditions de travail optimales avec une diminution du temps de classe quotidien. C’est le premier objectif de cette réforme qui a été trop rapidement mise en place.

Face aux questions du représentant des Maires, le Conseil Général a expliqué que le choix des transports se portait sur le mercredi, les horaires actuels des autres jours devant rester les mêmes. Le représentant de la cohésion sociale a expliqué les aides que son service peut apporter aux mairies.

Le SNUipp-FSU appelle tous les enseignants à proposer des projets d’organisation ne tenant pas compte des contraintes imposées par le conseil général. Ne nous censurons pas, laissons-les prendre la responsabilité de refuser ce que nous, professionnels, estimons bon pour les élèves.

Les projets doivent être envoyés au DASEN pour le 15 décembre, en janvier, la totalité de l’organisation doit être calée.