Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Départementales > Comité de suivi des rythmes... quelques infos
Publié : 3 avril 2014

Comité de suivi des rythmes... quelques infos

Mme Maire nous a fait un bilan d’étape de la mise en place des rythmes au 1er avril.
- Sur les 353 communes qui concernent 508 écoles, 241 ont transmis leurs projets qui ont été validés par l’IA.
- Sur ces 241 communes, 83 ont demandé une dérogation pour avoir deux journées plus longues dans la semaine.
- 4 communes ont transmis un délibération du conseil municipal refusant la mise en oeuvre de la réforme et 2 autres ont fait savoir leur refus. L’Inspecteur d’Académie décidera des horaires des écoles de ces communes qui n’auront pas appliqué la réforme ou qui n’auront pas déposé de projets à temps, pour le CDEN de juin.

Le SNUipp-FSU a demandé de réfléchir aux écoles primaires dont les activités périscolaires ne sont pas sur le même horaire, selon les cycles. Des collègues nous ont alerté sur leur responsabilité de directeurs, sur l’amplitude horaire s’ils sont présents pendant tout le temps scolaire (maternelle + élémentaire). La réponse de l’IA ne nous satisfait pas : "Quand un directeur est absent, un adjoint prend le relais." C’est une réalité lorsque les absences sont ponctuelles… c’est un souci lorsque ce moment de responsabilité est connu et répété chaque semaine. Nous souhaitions alerter le Dasen sur les projets validés avec ces contraintes horaires. Nous n’avons pas été soutenus par l’autre syndicat présent.

Le SNUipp-FSU ré-interviendra sur ce point dans les instances compétentes pour que les collègues directeurs ou adjoints ne se voient pas obligés de faire des tâches sans compensation.

- Quelques écoles (2 ou 3) se voient contraintes d’avoir des journées plus longues (6h10) à cause des transports. Mme Maire précise que l’application nationale accepte des journées plus longues mais refuse la pause méridienne à moins d’1h30. Le décret n’oblige pas les maires à organiser des TAP, que les horaires sont libres dans une fourchette.

Le Dasen ajoute qu’il aurait fallu un décret qui impose, qui soit écrit autrement… Serait-il pour une ré-écriture comme le demande le SNUipp-FSU ?

- La place de la récréation peut poser souci ou du moins réflexion lorsque les après-midi sont très courtes. Il est souhaitable alors de la programmer au mieux soit en fin d’après-midi scolaire, avant les TAP soit au début de l’après-midi.

- Les changements de municipalité pourraient faire évoluer les projets de la réforme, elles seront interrogées sur les projets qui seraient déjà validés.