Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Départementales > CAPD > Éducation prioritaire : compte-rendu du groupe de travail du (...)
Par : SNUipp80
Publié : 3 décembre 2014

Éducation prioritaire : compte-rendu du groupe de travail du 3/12

Le mercredi 3 décembre, l’Inspecteur d’Académie de la Somme a convoqué les organisations syndicales pour travailler sur les propositions de l’administration concernant l’éducation prioritaire (voir ici ou ). Malgré une période particulièrement chargée, le SNUipp-FSU Somme n’a pas négligé ce dossier (contrairement à d’autres organisations syndicales) et est venu porter ses revendications lors de ce groupe de travail.

PDF - 244.2 ko
Liste des écoles proposées pour les REP/REP+ (rentrée 2015)

- Rappel des mesures proposées

Après une présentation des indicateurs ministériels (PCS, taux de boursiers, taux d’entrants en 6ème avec un an de retard, taux de population en ZUS), l’Inspecteur d’Académie a précisé les critères utilisés par l’académie et la DSDEN pour affiner les choix :
- Indicateur de difficulté sociale : ajoute la prise en compte du taux de boursiers de type 3.
Avec cet indicateur, le collège d’Ailly sur Somme sortirait du classement Education Prioritaire.
- Résultats au DNB : il existe un écart important entre les collèges actuellement en EP et ceux qui n’y sont pas.
Quelques collèges, au regard de ce critère, pourraient entrer en EP : Albert, Roye et Péronne.
- Passage en 2nde et taux de signalement d’incidents scolaires : les 12 zones actuelles d’Éducation Prioritaire ressortent clairement.

L’étude de ces indicateurs a permis à l’IA de proposer l’entrée de Roye, Péronne et Abbeville (Secteur de Collège du Ponthieu) ainsi que la sortie d’Ailly sur Somme. Il subsiste des interrogations sur le collège de Mers les Bains (entrée) et sur celui de Domart en Ponthieu (sortie).
Le déclassement possible du secteur de Beaucamps le Vieux (passage d’ECLAIR en REP) résulte de l’étude de ces indicateurs : l’IA a annoncé que ce secteur n’aurait jamais dû être classé en ECLAIR en 2008 mais plutôt en RRS en 2006.

L’Inspecteur a conclu en disant que cette proposition de nouvelle carte était la plus équilibrée et la plus généreuse (14 zones) que toutes celles que le département de la Somme avait connues (le nombre d’élèves du 1er degré en Éducation Prioritaire va passer de 8000 à 13000, avec +39 écoles en EP). Cette carte ne sera officielle qu’en janvier 2015 après validation du Ministère.

L’avis du SNUipp-FSU :

Les représentants du SNUipp-FSU ont défendu quelques cas précis :
- Mers les Bains : le public des écoles du secteur relève clairement de l’Éducation Prioritaire et l’IA en est bien conscient. Toutefois, il fait état d’un excellent taux de réussite au DNB (supérieur à la moyenne départementale) et d’un taux d’incidents scolaires assez faible.
- Ecoles Beauvillé et Marivaux (Amiens), Alain Détré et Soleil Levant (Abbeville) : ces écoles limitrophes de secteur REP ou REP+ accueillent un public relevant d’Éducation Prioritaire avec toutes les difficultés qui y sont liées (scolaires, sociales, …etc.). Là encore, l’IA en est particulièrement conscient mais ne souhaite pas intégrer des écoles de secteur non-EP dans un REP ou un REP+. Pour lui, il est compliqué de faire vivre une école au sein d’un réseau (avec toute la cohérence qui s’y rattache) sans que cela ne soit son secteur de collège.
A notre proposition d’un changement de sectorisation pour ces écoles, l’IA nous a répondu qu’en l’état, nos demandes étaient recevables mais difficilement réalisables. En effet, cela demanderait de revoir tous les secteurs (et le conseil général n’en a ni la volonté, ni les moyens). De plus, la mixité sociale dont bénéficient ces élèves une fois au collège (Rivery ou Millevoye à Abbeville) est importante et le rattachement de ces écoles à un collège REP(+) pourrait conduire à une augmentation incontrôlée des demandes de dérogations à l’issue de la scolarité élémentaire.

Toutefois, une attention particulière sera apportée aux écoles de ce secteur lors de l’étude de la carte scolaire, notamment en termes d’encadrement, de conseil pédagogique, de moyens surnuméraires, de reconstruction du RASED… Faites confiance aux élus du SNUipp et de la FSU pour être vigilants sur ces sujets

Les organisations syndicales ont également interrogé les situations des écoles d’Eppeville/Brouchy, de Cléry sur Somme et de Villers-Carbonnel/Brie quant à leur non-entrée en Education Prioritaire (malgré un collège nouvellement REP).

A la demande du SNUipp-FSU, il a été réaffirmé que les écoles hors Éducation Prioritaire n’auraient pas à travailler dans le cadre de l’Éducation Prioritaire avec leur collège de secteur (comité de pilotage). Par contre, comme toutes les écoles du département, elles devront mettre en place le cycle CM1-CM2-6ème et le conseil école-collège et travailler dans ce cadre avec le collège.

Les moyens supplémentaires octroyés aux directeurs d’EP amiénois devraient être maintenus à la rentrée prochaine mais l’IA n’exclue pas de les interroger pour les répartir plus équitablement, au nom de la solidarité départementale. Le SNUipp-FSU Somme a clairement réaffirmé son opposition à la suppression de ces indispensables moyens. Il a également demandé à ce que le nombre de postes dont notre département sera doté permette à l’IA de répondre à tous les besoins de notre département (pour rappel, nous demandons la création de plus de 600 postes pour notre département afin de n’avoir aucune classe à plus de 25, des maîtres surnuméraires partout, des RASED reconstitués, …etc.).