Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Nationales > Doublement de la prime des Recteurs : honteux et indécent
Par : SNUipp80
Publié : 5 janvier 2015

Doublement de la prime des Recteurs : honteux et indécent

La Ministre Najat Vallaud-Belkacem a déposé un bien beau cadeau de Noël au pied du sapin des recteurs !

En 2010, le Ministre de l’Éducation Nationale Luc Chatel a instauré une « prime de responsabilité » pour les recteurs d’académie, composée d’une part fixe et d’une part variable, « tenant compte de la manière de servir et de la réalisation des objectifs qui leur ont été assignés » , pouvant aller jusqu’à 45% de la part fixe. Un recteur pouvait donc toucher une prime annuelle d’un montant compris entre 15200 € et 22040€.

Najat Vallaud-Belkacem a déposé un bien beau cadeau de Noël au pied du sapin des 30 recteurs : la part fixe de la prime est revalorisée de 68,5%. La part variable peut toujours atteindre 45% de cette somme : désormais, un recteur perçoit donc une prime d’un montant compris entre 25620 et 37140€ (soit autant que le salaire annuel d’un PE au dernier échelon de la Hors Classe).

Le salaire des fonctionnaires est gelé depuis 4 ans. Depuis 2000, c’est plus de 13% de pouvoir d’achat perdu. A l’heure où la ministre reconnaît que les enseignants sont mal payés par rapport à leurs homologues européens, elle affirme pourtant ne rien pouvoir faire.
En accordant une telle prime aux 30 recteurs dont la rémunération est déjà plus que confortable (sans compter le logement de fonction, le véhicule de fonction avec chauffeur…), elle semble se moquer des nombreux agents de l’Éducation Nationale qui connaissent des difficultés croissantes à boucler leurs fins de mois.

Quel message veut envoyer la ministre ? A quand la même revalorisation pour les professeurs des écoles ?

Pour rappel, le SNUipp-FSU demande :
- La revalorisation de la valeur du point d’indice (gelé depuis 2010), son indexation sur les prix, des mesures de rattrapage des pertes ;
- Un salaire minimum à 1600 € net ;
- La reconstruction de la grille avec en première mesure, une augmentation uniforme de 50 points ;
- Des carrières linéaires déconnectées de l’évaluation et d’un pseudo mérite ;
- L’intégration des indemnités dans le salaire sous forme indiciaire…

Voir également :
- Le clip du SNUipp sur les salaires