Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Départementales > CTSD/CDEN > CTA : répartition des postes pour la rentrée 2015
Publié : 16 janvier 2015

CTA : répartition des postes pour la rentrée 2015

les priorités académiques

Une nouvelle rectrice sur l’Académie d’Amiens pour ce premier CTA après les élections de décembre 2014, qui a remercié l’implication des organisations syndicales face à la barbarie des attentats de la semaine dernière.

PDF - 26.3 ko
déclaration FSU

Suite aux déclaration de chaque syndicat, elle a convenu que la prime pour les 30 recteurs de France ne résout pas le profond malaise des enseignants quant à leur revalorisation inexistante. Mais elle s’en est excusée en ses termes :"ce n’est pas de ma compétence". Elle nous a assuré qu’elle marcherait dans les pas du recteur précédent qui avait lié de nombreux contacts avec les syndicats et qu’elle serait à l’écoute et dans le dialogue social… Nous le verrons à l’usage !

Education prioritaire :

Face aux interrogations des organisations syndicales sur la carte de l’éducation prioritaire, l’Académie a confirmé qu’elle s’engageait à accompagner les collèges qui sortent du dispositif, notamment pour les 3 réseaux qui sortent dont les moyens seront garantis pendant 3 ans. Les IA ont fait remarquer que des secteurs entiers avaient été oubliés pendant 30 ans. Dans la Somme, c’est le cas de Péronne, Abbeville et Roye qui rentrent dans le dispositif de l’éducation prioritaire. Ils ont reconnu que Mers les Bains auraient pu faire partie aussi de ce dispositif suite aux indicateurs nationaux qui ont été retenus. Pour Ailly sur Somme qui sort du dispositif, il y aura une vigilance lors de la carte scolaire pour que les effectifs par classe restent proches de ceux de l’éducation prioritaire.

Carte scolaire 1er degré :

Les priorités retenues par l’éducation nationale pour déterminer la dotation académique sont les suivants :
- les variations démographiques,
- le dispositif de l’accueil des moins de trois ans,
- la création de 7 REP+.

A celles -ci s’ajoutent les critères départementaux :
- pas de retrait d’emplois dans aucun des 3 départements,
- la prise en compte des nouveaux REP+,
- la prévention et la réduction de la difficulté scolaire

Au vu de cela, la répartition est restée celle annoncée : 51 postes
- 8 pour la Somme
- 8 pour l’Aisne
- 35 pour l’Oise.

Cette dotation permettra seulement de doter les 2 nouveaux REP+ de 6 postes surnuméraires, comme l’indique la loi. Nous craignons fort que l’IA ne puisse pas proposer des ouvertures de postes pour toutes les écoles qui, aujourd’hui bordurent les 30 élèves par classe. Néanmoins, ce n’est pas une raison suffisante pour ne pas demander ces créations. Il est nécessaire et urgent d’augmenter considérablement les dotations en postes pour revenir à une situation satisfaisante pour la réussite de tous.

Les délégués du personnel ont voté cette dotation 1er degré de la façon suivante : 7 CONTRE (FSU et FNECFP-FO), 2 abstentions (UNSA), 1 refus de vote (SGEN-CFDT).

Carte scolaire 2nd degré :

Nos collègues du second degré vivent une réalité similaire à la notre. Leur dotation n’est que de 12 postes au niveau académique, dont 3 postes obligatoires pour la création d’une ULIS en collège dans chaque département.

Le vote du second degré : 9 CONTRE (FSU, FNECFP-FO, UNSA) et 1 refus de vote (SGEN-CFDT).

Autres mesures :

Une dotation pour d’autres catégories de personnel sera présentée ultérieurement : 9 postes pour les CPE, 2 postes pour les assistantes sociales, 1 poste d’infirmière de santé scolaire.

Pour la FSU et le SNUipp-FSU, ces mesures n’apporteront pas une amélioration des conditions de travail. Il faudrait plus de 1000 postes pour revenir à la situation de 2008, et bien plus pour permettre une école de qualité comme le préconise notre syndicat : moins d’élèves par classe, des RASED complets, des postes "PdMqdC" partout, des postes "moins de trois ans", des décharges de direction à la hauteur des besoins… A cela doivent s’ajouter des salaires décents (et donc une nette revalorisation), une formation continue de qualité… Nous ne rêvons pas, nous le crierons haut et fort lors de la grève du 3 février prochain.