Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Nationales > Vigipirate et PPMS
Publié : 10 décembre 2015

Vigipirate et PPMS

Suite aux événements dramatiques du mois de Novembre, des consignes de sécurité se succèdent dans les écoles.

Un rappel à la vigilance pour la sécurité de nos élèves, des personnels et des locaux est nécessaire mais ne doit pas pour autant reposer sur les seules épaules de l’école et des directrices et des directeurs.

Le SNUipp-FSU est intervenu auprès du ministère pour rappeler le cadre réglementaire définissant les missions des directrices et des directeurs. Il demande par ailleurs que les services municipaux et de police soient impliqués partout où les équipes le jugent nécessaires.

Ce n’est pas le rôle du directeur de contrôler les sacs et l’identité des personnes ni même de s’occuper de la circulation aux abords de l’école.

Concernant le PPMS et l’évacuation incendie, la circulaire du 26 novembre demandait aux écoles de remettre à jour avant Noël le nouveau document PPMS en intégrant le risque d’attentat ou d’intrusion extérieure. Lors de la réunion du 9 décembre au ministère, ce dernier a confirmé que les équipes avaient bien jusqu’à fin janvier pour faire effectuer les exercices incendie-confinement et début février pour faire remonter les PPMS.

Le ministère s’est également engagé à faire un rappel aux DASEN et à demander que les écoles soient épaulées dans la rédaction et la mise en œuvre concrète du PPMS.

Le SNUipp-FSU a demandé un temps de décharge exceptionnel dégagé pour permettre à nos collègues de réaliser, avec les personnels qualifiés que sont les conseillers de prévention par exemple, cette charge de travail supplémentaire.
Le SNUipp-FSU a également demandé la mise en place rapide d’un GT issu du CHSCT au niveau ministériel pour travailler à la simplification du document concernant la partie à remplir par le directeur.

Il permettra d’identifier également les parties du document qui relèvent de la responsabilité de la commune ou du département (voir les dossiers d’information concernant les risques majeurs). A l’ère du numérique, il serait par exemple bienvenu que le document aujourd’hui en format PDF non modifiable et donc à imprimer, puis à remplir puis à scanner pour le renvoyer à l’IEN soit numérisable.