Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Départementales > CHSCT > De nouvelles carrières enseignantes à compter de 2017...
Publié : 31 mai 2016

De nouvelles carrières enseignantes à compter de 2017...

Les grilles des salaires revalorisées

- Intégration de l’ISAE : Un tiers de l’ISAE ( 400 euros brut sur les 1200€) sera intégré au salaire, soit 9 points d’indice ( 4 points en 2017 et 5 en 2018)

- Début de carrière : Seul le premier échelon qui n’est appliqué que 3 mois, est réellement revalorisé. Il passe de 349 à 390 points d’indice (soit une augmentation de 122 € nets mensuels).

Alors que notre métier connaît un problème d’attractivité, le SNUipp-FSU conteste ce choix.

- Milieu de carrière : un gain de 23 points d’indice pour les échelons 7 et 9 (soit 53€ nets mensuels), et de 26 points pour le 8ème échelon (soit 64€ nets mensuels)

- Fin de carrière : le dernier échelon de la hors-classe passe de 783 à 821 : soit 110 euros nets mensuels.

Un nouveau déroulement de carrière

Actuellement, la carrière des enseignants se décline en 2 grades : la classe normale et la hors-classe. Un troisième grade, la classe exceptionnelle, va être créé. Elle sera réservée à certaines fonctions.

La hors-classe pour tous :

Aujourd’hui, tous les enseignants n’atteignent pas la hors-classe. Or, le protocole PPCR prévoit que tous les fonctionnaires ayant des carrières complètes connaissent au minimum deux grades. C’est une première avancée. Reste maintenant à garantir que tous les professeurs des écoles pourront accéder à l’échelon terminal revalorisé (821) de la hors-classe.

Le SNUipp-FSU a demandé une « clause de sauvegarde » qui permettrait à tous les enseignants bloqués au 11ème échelon de la classe normale d’être promus automatiquement au bout de 3 ans d’ancienneté.

De nouvelles modalités d’accès à la hors-classe :

Pour permettre à tous les professeurs des écoles de terminer leur carrière en fin de hors-classe, il faut que les possibilités d’accéder à celle-ci augmentent. A partir de 2017, il sera possible d’y accéder à partir de 2 ans d’ancienneté dans le 9ème échelon de la classe normale. Le taux d’accès à cette hors-classe doit progressivement rejoindre celui du second degré (En 2016, il était de 5 % pour les professeurs des écoles contre 7 % pour le second degré. ). Mais le ministère n’envisage un calendrier d’égalité qu’à horizon 2020 ce qui est beaucoup trop tard pour le SNUipp-FSU.

Création d’une classe exceptionnelle :

Le ministère propose de créer un troisième “étage” à la carrière des enseignants. Mais contingentée, cette classe exceptionnelle ne sera accessible qu’à une infime partie des professeurs des écoles hors-classe par :
- une entrée « fonctionnelle » (80%) : à compter du 3ème échelon de la hors classe et après 8 ans d’exercice sur quelques fonctions spécifiques ou dans des conditions difficiles (direction d’école, CPC et éducation prioritaire)
- une entrée « au mérite » (20%) : à compter du dernier échelon, pour la reconnaissance d’une « valeur professionnelle exceptionnelle ». Cela recoupera les mêmes enseignants que l’entrée « fonctionnelle » dans le premier degré.

Le SNUipp-FSU a indiqué son opposition à ce nouveau grade dès que le ministère l’a proposé durant les chantiers métiers en 2013. Il ne représente pas une perspective de fin de carrière pour tous les professeurs des écoles, puisqu’il ne sera réservé qu’à certaines fonctions et certains enseignants. C’est l’introduction d’une fin de carrière à deux niveaux, un outil « managérial » récompensant quelques milliers d’enseignants exerçant des fonctions spécifiques et « choisis » par la hiérarchie.

Un rythme d’avancement rénové

Classe normale : de 24 à 26 ans

Finis les 3 rythmes d’avancement ( grand choix, choix, ancienneté) : une cadence unique calée sur le rythme moyen se met en place, sauf aux échelons 6 et 8 où 30 % des enseignants de chacun des échelons bénéficieront d’une accélération d’une année à chaque fois sur la base de nouvelles modalités d’inspection. En 2020, la carrière en classe normale d’un professeur des écoles durera donc entre 24 et 26 ans. Auparavant, avec les 3 rythmes, elle pouvait durer en théorie entre 20 ans et 30 ans.

Hors-classe : de 13 à 15 ans

La carrière à la hors classe se fait toujours selon un rythme linéaire et dure 15 ans. Toutefois, à partir de 2020, elle pourra se faire sur 13 ans pour les enseignants intégrant la hors-classe dès le 9ème échelon de la classe normale avec 2 années d’ancienneté.

Une nouvelle évaluation des enseignants

La rénovation de la carrière qui met fin aux trois rythmes d’avancement bouleverse par conséquent l’évaluation des enseignants. Le ministère propose donc d’ouvrir une discussion avec l’objectif de réviser les modalités d’inspection. Il avance d’ores et déjà quelques principes :
- une évaluation plus formative davantage basée sur le conseil et des rendez-vous de carrière destinés à différencier l’avancement avec notamment les accélérations de 12 mois aux 6ème et 8ème échelon. La note devrait être supprimée.

Rien n’est dit sur les autres modalités pratiques de ces nouvelles dispositions : maintien de l’inspection en classe ? Entretien individuel ? Quel barème transparent pour les accélérations de carrière ? Un groupe de travail doit se mettre en place en juin pour avancer sur le sujet.

Le SNUipp-FSU y portera :
- une évaluation déconnectée de la carrière pour la recentrer vers le conseil, l’accompagnement et le développement de la formation continue.
- un rapport de professionnel à professionnel entre les inspecteurs et les enseignants, basé sur la confiance et l’expertise au service de la réussite des élèves.

Trois groupes de travail à venir :

- les corps à petits effectifs, tels que les instituteurs et les PEGC
- le 3e grade et ses modalités d’accès
- l’évaluation des enseignants