Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Départementales > CUI- Compte rendu de l’audience intersyndicale du 2 octobre avec (...)
Publié : 3 octobre 2017

CUI- Compte rendu de l’audience intersyndicale du 2 octobre avec l’IA.

Les 5 syndicats du premier degré ont été reçus par l’IA ce lundi 2 octobre 2017 : le SNUipp-FSU, le snudi-FO, le SE-Unsa, le Sgen-CFDT, Sud éducation.

En effet, les personnels en contrats aidés sur la direction d’école risquent fort de perdre leur emploi à la fin de leur contrat. Nationalement, ce sont 23000 postes qui vont être supprimés dans le 1er degré et le second degré sur les mission d’aide administrative dans les écoles, et la vie scolaire dans les collèges et lycées.

Chacun des représentants syndicaux a dénoncé cette mesure de suppression de postes massive sur l’aide à la direction d’école. Dans le département ce sont 43 emplois qui vont être supprimés (1er et 2nd degré) sur les 196 existants. Pour le 1er degré, la perte de ces aides administratives va mettre en difficulté les écoles qui, au fil des années, ont formé ces personnels à organiser l’école dans de meilleures conditions. Ce sont les élèves qui vont pâtir de cette situation, autant que les collègues et les directeurs.

Le SNUipp-FSU avait demandé à une collègue EVS de venir expliquer à l’IA son travail. Il considère que les premiers intéressés par cette décision gouvernementale avaient droit à la parole.

La liste de leurs tâches montre la nécessité de leur poste. Cette collègue a demandé les raisons pour lesquelles l’Etat ne créait pas de postes statutaires. Elle a expliqué sa situation, l’attente de la fin de son contrat qui devrait être renouvelé puisqu’il n’est pas terminé. Or l’Etat par le biais de Pôle Emploi a décidé de ne pas renouveler des personnes même si le droit de renouvellement n’est pas terminé.

L’Inspecteur d’Académie était très gêné. Il a reconnu l’efficacité des aides administratives dans les écoles. "Une personne en contrat aidé apporte beaucoup à une école. Vous demandez des maintiens alors qu’on nous demande des réductions." a-t-il dit. "Malheureusement, je ne peux pas créer des postes."

Le secrétaire général a appuyé les propos de l’IA, en indiquant que "le prescripteur n’était pas l’Education Nationale. A chaque renouvellement, c’est Pôle Emploi qui décide."

Ils ont cependant indiqué qu’il analysait la situation dans chaque circonscription, avec les IEN et les lycées employeurs. Ils ont décidé de 3 critères prioritaires :
- la situation du contrat aidé (temps effectué)
- la composition de l’école (grande ou petite, sur un ou plusieurs sites)
- le contexte géographique de l’école (éducation prioritaire, écoles rurales…)

Les EVS en attente du renouvellement de contrat, ont intérêt à se faire connaître des IEN, à mettre en avant leur situation particulière (handicap, proche de la retraite, seule avec enfants…) pour montrer la nécessité absolue qu’iles ou qu’elles ont pour continuer leur mission.

Lien vers la pétition que nous irons déposer auprès du préfet bientôt.