Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Nationales > Un toilettage des 108 heures
Publié : 4 décembre 2017

Un toilettage des 108 heures

Beaucoup de collègues s’interrogent sur la répartition des obligations de service. Petit rappel de nos obligations de service.

Les 108 heures annuelles sont désormais réparties entre  :

- 36 heures pour les activités pédagogiques complémentaires organisées dans le projet d’école par petits groupes d’élèves, pour l’aide aux élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages, pour une aide au travail personnel ou pour une activité en lien avec le projet d’école ;

- 48 heures pour les travaux en équipe, les relations avec les parents, l’élaboration des projets personnalisés de scolarisation des élèves handicapés ;

- 18 heures pour les actions de formation continue pour moitié au moins et pour les animations pédagogiques ;

- 6 heures pour les conseils d’école.

Voir ici l’article du SNUipp National

Le décret paru au BO

Les 24 heures d’organisation des APC disparaissent et viennent s’ajouter aux 24 heures pour le travail en équipe, les relations avec les parents, la scolarisation des élèves à besoins éducatifs particuliers.

Tous ces temps sont ainsi regroupés sur 48 heures et leur contenu est allégé puisqu’il n’est plus question de l’organisation des APC, du lien école/collège ou de continuité des cycles.

Le SNUipp-FSU considère que les discussions sur le temps de travail avec le Ministère n’ont pas été à la hauteur de nos revendications.

Pour autant, les 48h ne sont pas consacrées uniquement aux conseils des maîtres. En effet, il n’est pas recommandé de programmer 48h de réunions d’équipe, puisque ce temps supplémentaire va permettre aux collègues de gérer tous ces temps informels qui s’accumulent :
- rencontre avec les parents (rendez-vous avec les parents sur les progrès des élèves…)
- équipes éducatives et ESS hors temps de classe
- travail entre deux collègues sur un projet commun…

Ces 48 heures ne sont plus forfaitisées.

Le SNUipp-FSU est demandeur depuis plusieurs années d’une remise à plat totale des obligations réglementaires de service des enseignants du premier degré. Celle-ci ne doit pas se limiter à une simple mise en conformité réglementaire mais plutôt se fixer l’objectif de récupérer du temps, de gagner en autonomie pédagogique et de voir reconnaître un certain nombre de missions actuellement exercées par les enseignants.