Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Départementales > Dotation académique 2018 : Trop peu de postes à répartir
Publié : 21 décembre 2017

Dotation académique 2018 : Trop peu de postes à répartir

La répartition académie par académie des postes créés pour la rentrée 2018 a été arrêtée. L’académie d’Amiens sera dotée de 103 postes. Pour rappel, voici les dotations pour l’Académie d’Amiens des années précédentes :
- En 2016 110 postes dont 35 pour la Somme
- En 2017 114 postes dont 27 pour la Somme
- En 2018 103 postes dont 15 pour la Somme

D’après les documents du CDEN obtenus ce 21 novembre, à la prochaine rentrée il y aurait 782 élèves. Sachant que la moyenne E/C est de 22,05. Cela signifie qu’il faudrait rendre 35 postes. Or nationalement, dans le 1er degré, 3881 créations de postes devant élèves seront créés à la rentrée 2018, soit une moyenne de 38 postes attribués par département (pour ouvrir les dispositifs « CP et CE1 dédoublés »). Nous aurions alors une balance positive de 3 postes. Si l’IA récupère les 19 postes de PDMQDC qui existent encore dans les REP, pour les utiliser sur les dispositifs « CP et CE1 dédoublés », nous arrivons à un solde positif de 22 postes. Mais, comme il y a eu cette année 47 CP dédoublés en REP +, il faudra 47 postes supplémentaires pour les CE1 l’an prochain. Le dispositif “CP dédoublés” sera quant à lui étendu aux REP, ce qui concerne 76 écoles, on peut imaginer environ 76 postes nécessaires, soit 123 postes en tout. L’IA ayant annoncé que les dispositifs « CP et CE1 dédoublés » pouvaient accueillir jusqu’à 15 ou 16 élèves, il faudrait donc non plus 123 mais 97 postes supplémentaires. Nous aurions donc une création de 22 postes pour couvrir 97 ouvertures de postes, soit un manque de…75 postes ! Et c’est sans compter sur les ouvertures de classes nécessaires dans certaines écoles ! Où l’IA va-t-il pouvoir trouver ces 75 postes nécessaires pour appliquer la politique du ministre, si ce n’est en fermant des classes ???

Cette répartition académique qui sera modulée en fonction du nombre de CP à dédoubler en REP et de CE1 en REP+, cette dotation ne permettra pas de remplir cet objectif. Il faudra donc supprimer des postes ailleurs, et par là même dégrader les conditions d’enseignement dans les classes ordinaires. Et c’est sans compter sur les ouvertures de classes nécessaires dans certaines écoles !

Soyons tou-te-s très vigilant-e-s dans nos écoles !

La carte scolaire qui s’annonce risque donc d’avoir des conséquences terribles pour les écoles en termes d’augmentation des effectifs dans les classes !!! Les IEN doivent dès à présent faire des propositions d’ouvertures ou de fermetures de classe à l’IA.

Transmettez-nous vos prévisions d’effectifs pour qu’au CTSD du 1er février nous puissions défendre les écoles à  snu80@snuipp.fr

Des choix qui ne réduiront pas les inégalités

Pour le SNUipp-FSU qui a réagi dans un communiqué, « ces créations auraient dû être l’occasion de diminuer les effectifs dans toutes les écoles où les classes sont surchargées, d’améliorer les remplacements, de développer le plus de maîtres, les Rased, la formation des enseignants… » Ce sont au contraire des centaines de postes qui risquent d’être supprimés.

« L’école primaire française largement sous-investie et marquée par des inégalités insupportables doit faire l’objet d’un engagement financier massif pour réaliser les transformations nécessaires, à commencer par une baisse des effectifs. Le budget 2018 ne répondait pas à cet enjeu de société. Les choix faits par le ministère y répondent encore moins » , poursuit le SUipp-FSU.