Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Départementales > Audience IA : des réponses à nos questions.
Publié : 16 janvier

Audience IA : des réponses à nos questions.

Florence Drivet, Juliette Bonas et Maryse Lecat ont été reçues en audience le lundi 15 janvier 2018.

Début d’année oblige, nous avons échangé des vœux de bonne entente, de relations cordiales, dans la perspective d’œuvrer vers la réussite de tous les élèves.

L’IA s’est d’ailleurs excusé de son retard dans la réponse à nos questions qui, pour les premières, dataient du 28 novembre.

Le SNUipp-FSU a été très surpris de cette attente un peu longue d’autant que nos partenaires des autres organisations syndicales avaient eu des retours à leurs interrogations plus tôt que nous. Nous avons rappelé à l’IA notre représentativité au sein des instances de ce département. Le SNUipp-FSU est le syndicat majoritaire de ce département.

Nous sommes donc revenus succinctement sur les premières questions, les réponses données amenant à d’autres interrogations. (Voir ici les premières réponses de l’IA par courrier)
- ONDE : le SNUipp-FSU a demandé à ce que les directeurs puissent avoir régulièrement, lors des réunions de rentrée ou des animations spécifiques direction, des informations sur les nouveautés de cet outil. L’IA reconnait que cet outil de gestion des écoles est amené à évoluer très souvent, et il reconnait l’importance de notre demande. Il va s’employer à en parler aux IEN de circo.
-  les 4 jours de décharges de direction pour les écoles à moins de 4 classes sont en effet réglementaires, a reconnu l’IA. Mais même avec la programmation de ces journées, l’an dernier, cela n’a pas été possible du fait du manque de remplaçants et des arrêts maladie. Le SNUipp-FSU a demandé que cela soit mieux respecté cette année. La situation des écoles qui ont eu un poste provisoire à la rentrée (CP à 12) et donc un changement de catégorie de décharge de direction ne l’ont pas eu l’an dernier, car les dispositifs de CP dédoublés n’étaient pas considérés comme une nouvelle classe. Ce ne sera plus le cas à la rentrée prochaine.
- les stages de formation continue sur des temps hors élèves doivent être récupérés par les collègues. Or Mme Maire a précisé que l’organisation de la semaine scolaire est toujours sur 4 jours et demi, que les stages ont donc la possibilité d’être sur le temps hors élèves. Si des IEN ont réussi à rendre du temps aux collègues, c’est peu équitable si tous n’ont pas ce droit. L’IA va faire en sorte que chacun puisse demander le rattrapage si besoin et possibilité de remplacement.
-  CAPD tardive sur le PPCR : les changements d’échelon (autre que 6ème et 8ème échelon) seront actifs sur la fiche de paye de février avec un effet rétroactif. Pour les collègues pouvant bénéficier d’un avancement d’échelon au 6ème et 8ème, cela sera examiné en février et sur les fiches de paye de mars. Le SNUipp-FSU s’était étonné que les départements de l’académie avaient réuni la CAPD en décembre, mais tous les collègues de l’académie auront tous leur changement en février ou mars selon les cas.
- la prime d’entrée dans le métier : en effet elle a été versée en retard, les services de l’Oise sont en train de vérifier si tous les collègues concernés ont bien reçu cette première partie. La seconde partie sera bien versée en février comme cela était prévu.

Nous avons ensuite abordé les préoccupations des collègues maîtres formateurs, conseillers pédagogiques, directeurs d’école d’application… que nous avions rencontré dans leurs écoles. Notre préoccupation première est bien le désintérêt des collègues de s’investir sur ce type de poste. La réalité est que ce métier différent n’est pas attractif, notamment pour les CPC qui ne touchent pas l’ISAE, qui perdent la prime d’éducation prioritaire…

Pour palier aux postes non pourvus de maîtres formateurs, l’IA envisage de créer des postes là où se trouvent des maîtres formateurs hors Amiens. C’est ce qu’il appelle les maîtres formateurs "dormants" qu’il envisage de "réveiller". Il va demander au Ministère de délabelliser deux écoles d’application dont les directeurs partent en retraite et où aucun PEMF ne travaille. Cela sera acté en CTSD ou CDEN. Pour les CPC, il envisage de valoriser financièrement les temps d’action de formation de ces collègues car il est bien conscient de ce manque d’attractivité.

D’autres sujets avaient besoin d’explication :
- les courriers envoyés aux collègues lorsqu’ils sont en retard d’envoi de leur arrêt maladie. Le SNUipp-FSU n’a pas compris les termes peu bienveillants employés dans ces courriers de rappel. L’IA, appuyé par le secrétaire général, a expliqué que ce phénomène s’amplife et qu’il fallait que les collègues comprennent la nécessité d’être soucieux de l’utilité de cet envoi dans un délai correct. Mme Maire a ajouté que deux rappels pouvaient conduire à un retrait de salaire.
- sur les trop perçus de l’administration qui sont ponctionnés sans en avertir au préalable les collègues concernés, l’IA reconnait une maladresse des services de l’Oise, il a demandé que cela ne se reproduise plus. Le SNUipp-FSU a rappelé que les fiches de paye arrivent avec un retard de 2 mois environ et que les collègues ne peuvent pas toujours comprendre les raisons de ce prélèvement.
- des formations hors éducation nationale ont été faites par quelques écoles sur la base d’un projet innovant (informatique, lien avec les partenaires…). Ces collègues ont demandé que cette formation puisse être défalquée des 18h d’animations pédagogiques. Bien qu’il en comprenne l’intérêt, l’IA ne souhaite pas accepter cette requête, même si cela avait pu être possible les années précédentes par certains IEN. Il a expliqué que le Ministère souhaitait que la formation continue soit axée sur les bases (lecture et maths). Il faut chercher avec l’IEN qu’il intègre des formations innovantes avec ces sujets obligatoires.

Enfin, il a annoncé qu’il irait à la rencontre des directeurs de tout le département par le biais de réunions bi-circonscriptions bientôt.