Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Départementales > Audience du SNUipp-FSU 80 avec l’Inspecteur d’Académie
Publié : 16 avril

Audience du SNUipp-FSU 80 avec l’Inspecteur d’Académie

Ce jeudi 12 avril, le SNUipp-FSU a été reçu en audience par l’ Inspecteur d’ Académie, le secrétaire général et l’ IA adjointe.

Différents sujets ont été abordés :

- Concernant la carte scolaire : la mesure de fermeture de l’école de Daours a été levée lors du CDEN du 20 février mais depuis les effectifs de l’école sont en baisse. L’Inspecteur n’exclut pas une fermeture au CDEN de juin. Une vigilance sera apportée de manière à proposer un poste à titre provisoire à la collègue victime de fermeture qui corresponde à ses attentes.

Le SNUipp-FSU 80 a interpelé l’Inspecteur sur les effectifs élevés du RPI de Pierrepont sur Avre, et a demandé à l’administration d’intervenir auprès des municipalités qui ne souhaitent pas s’investir dans la mise en place de locaux. Mr Dècle répond qu’ils ont vu les effectifs et que le RPI était placé en vigilance ouverture .

-  Concernant le mouvement : Le SNUipp-FSU a interrogé l’IA sur le poste de direction de l’école Jules Barni qui n’apparait pas vacant au mouvement. Le ministère n’a toujours pas dé-labellisé cette école d’application, bien que le CDEN l’ait acté.

- Concernant les classes ULIS, l’Inspecteur d’ Académie confirme que ces classes sont comptabilisées dans le taux de décharge de direction au même titre que les classes de CP et CE dédoublées.

- Dysfonctionnement du mouvement : Points supplémentaires pour des enseignants à titre provisoire. Le SNUipp-FSU a appris de façon fortuite que des enseignants nommés à TP sur des CP à 12 cette année, obtiendraient une bonification de 300 points pour rester sur le poste de classes à effectifs réduits. Or cette règle n’apparaît pas dans la circulaire mouvement. Cela n’est pas acceptable.

Une longue discussion a eu lieu, les arguments de l’administration ne nous ont pas convaincues. Cela permettrait à ces collègues ayant moins d’ancienneté que d’autres à devenir titulaires d’un poste. Nous avons relu la circulaire de l’an dernier et nous constatons que l’appel à candidature était très ciblé : "uniquement pour les enseignants de CP en REP+, les modulateurs REP+ ou les plus de maîtres que de classe du département".

Le SNUipp-FSU désapprouve cette initiative de l’IA et s’insurge sur cette attribution en dehors des règles du mouvement. Nous interviendrons en CAPD sur ce sujet et allons demander aux autres organisations syndicales de nous rejoindre sur ce point.

- Concernant la modification de la semaine scolaire, l’Inspecteur rappelle qu’il faut une demande conjointe envoyée à l’administration pour que le dasen puisse prendre une décision. Or dans le cas de la commune de Doullens aucune demande n’a été déposée. Par contre Amiens et Abbeville reviendront à la semaine de 4 jours à la rentrée scolaire.

- Concernant la classe exceptionnelle, l’administration précise que 3 recours ont été envoyés et qu’aucun quota par circonscription n’a été retenu. Au contraire, une réunion d’harmonisation s’est tenue de manière à délivrer les avis "excellents" et "très satisfaisants" de façon collégiale. Le SNUipp-FSU 80 a rappelé que 4 collègues avaient mal vécu le fait de ne pas avoir été promu alors que l’avis donné sur iprof était positif. En effet, des propos entendus des IEN par les collègues sur le critère d’appréciation des rendez-vous de carrière a fait réagir le syndicat. Il n’est pas admissible que le critère "excellent" soit réservé à certaines catégories de personnel.

Le SNUipp-FSU 80 demande que, pour la promotion 2018, toute la carrière du collègue doit réellement être prise en compte, puisque l’administration rappelle qu’il s’agit d’une promotion au mérite. Le snuipp-FSU 80 a insisté pour que l’administration prenne en compte le critère « retraitable" des collègues promouvables à la Hors Classe.

L’ Inspecteur répond qu’il accepte de retenir ce critère uniquement en cas d’ex-aequo mais qu’il n’est pas question de retenir ce critère pour émettre l’avis.

- Sur le redoublement, un mail a été envoyé par un IEN sur les redoublements dans les écoles de sa circonscription. L’Inspectrice adjointe confirme qu’il a été demandé aux IEN de vérifier les avis émis afin d’éviter une trop grande demande de redoublements. Elle rappelle que celui-ci doit être encore exceptionnel, et qu’aucun redoublement ne sera accepté si aucun protocole d’aide n’a été mis en place.

Cela est bien écrit dans le texte venant du Ministère, ci dessous. L’exceptionnalité du redoublement implique que l’IEN doit s’assurer du bienfondé de la proposition de redoublement au regard de la situation et des acquis de cet élève (et notamment sur le fait que le redoublement semble préférable à un passage dans la classe supérieure assorti d’un dispositif d’aide). D’autre part, l’IEN doit aussi s’assurer qu’un dispositif d’accompagnement pédagogique spécifique est bien prévu par l’équipe pédagogique pour accompagner ce redoublement.

Lorsque les avis de l’IEN et du conseil d’école sont discordants :
- Si l’avis défavorable s’appuie sur l’absence de dispositif d’aide en amont, sur le caractère "non exceptionnel" du redoublement ou sur l’absence de dialogue en amont avec les représentants légaux, l’avis de l’IEN s’impose au conseil des maîtres car ces trois conditions sont dans le décret.
- Si un dispositif d’aide a été mis en place, qu’un dialogue a été instauré en amont avec les représentants légaux et que, dans l’école, cette proposition revêt un caractère "exceptionnel", alors le conseil des maîtres peut maintenir sa proposition.

Le SNUipp-FSU soutiendra les collègues qui maintiennent leur position contre l’avis défavorable de leur IEN quand les conditions sont respectées.