Vous êtes ici : Accueil du site > Direction d’école > La direction d’école : c’est quoi le problème ?
Publié : 28 septembre

La direction d’école : c’est quoi le problème ?

Un statut pour contrer les difficultés de la direction d’école, solution ou pas ?

Jeudi 27 septembre se sont tenus les Etats Généraux de la Direction d’Ecole à Paris dans les locaux du SNUipp. Hervé Lefèvre et Maryse Lecat y sont allés pour le département de la Somme.

De nombreux collègues de toute la France sont venus témoigner du malaise des directeurs et des directrices d’école. Les disparités sur le territoire sont énormes :
- Que ce soit Jean, directeur d’une école de 17 classes à Aubervilliers en REP+, déchargé complètement qui gère une équipe de 25 personnes et considère que les tâches administratives se sont accrues ;
- ou Nathalie directrice d’une école de 5 classes à Paris, déchargée totalement (car la Ville de Paris paye à l’Education Nationale la différence de décharge réglementaire) qui pilote des dispositifs municipaux tels que la cantine ou les activités péri scolaires
- ou de Corinne directrice d’une école à 3 classes en Haute Savoie, non déchargée, qui se sent isolée face aux injonctions de l’IEN qui envoie de multiples mails auxquels elle devrait répondre dans la journée.

Les collègues ont tous décrit des situations compliquée où les tâches administratives prennent le pied sur le rôle primordial d’animateur d’équipe qu’est le directeur d’école. La suppression des EVS dans les écoles a mis encore plus en lumière le malaise récurrent de ces collègues. L’école a besoin d’une aide administrative digne de ce nom, fonctionnaire, payé correctement…

C’est le sens de l’appel de tous les directeurs et directrices présents aux Etats Généraux de la Direction d’Ecole.

PDF - 127.6 ko
appel national des états généraux de la direction d’école

Dans l’après-midi, une lecture critique du rapport de la mission flash de deux parlementaires issues de LREM et des LR, déposée le 1er août sur le bureau du président de la République, a mis en avant le projet du gouvernement tant sur la direction d’école que sur la mise en conformité des écoles face aux restructurations académiques.

PDF - 206.7 ko
enquête flash de 2 parlementaires LREM et LR

Ce sont les fusions d’écoles (p13 et 22/23) qui sont en ligne de mire, ils souhaitent de plus grandes écoles, donc la création d’écoles primaires en nombre.

Même si le constat dénonce des difficultés que nous pouvons partager ( p5 à 11), les risques inhérents à un statut sont réels.
- Un statut dans la Fonction Publique est lié à un concours où tout le monde peut postuler, que l’on vienne de l’Education Nationale ou pas. Un infirmier ou un policier pourrait très bien passer ce concours de directeur ! (p19)
- le statut permettrait d’obliger les directeurs à faire des tâches qui relèvent aujourd’hui de la compétence des mairies (gestion de cantine, péri-scolaire…)
- le statut obligerait les directeurs à faire ce que demandera l’administration, par exemple : remplacer les collègues, faire les APC, devenir coordonateur d’un réseau d’éducation, former les futurs directeurs… (p16/17)
- le statut donnerait un pouvoir hiérarchique aux directeurs qui décideraient de la répartition des classes, du remplacement des collègues, de l’autorisation des absences… (p20).
- le statut isolerait le directeur qui pourrait avoir des liens très proches des IEN (p21)
- Le rôle du conseil des maîtres serait dérisoire.

Ce rapport montre bien les dérives de cette idée faussement bonne… des discussions avec les collègues directeurs mais aussi avec les équipes d’école sont nécessaires.

Le SNUipp-FSU 80 a donc décidé d’organiser une RIS "spéciale direction et fonctionnement de l’école" le 14 novembre de 9h à 12h, salle Samarobriva à l’Atrium, 39 avenue de la Paix à Amiens.