Vous êtes ici : Accueil du site > Actualités > Départementales > Audience avec l’IA
Publié : 19 décembre 2019

Audience avec l’IA

Le SNUipp a été reçu lundi 16 décembre par le nouvel Inspecteur d’Académie, Directeur des services de l’Education Nationale, Gilles Neuvialle.

Le bureau du SNUipp-FSU avait demandé depuis début novembre à voir l’IA pour l’interroger sur de nombreux sujets d’actualité.

- La souffrance au travail.

Après le suicide de Christine Renon, nous voulions aborder avec l’IA la souffrance de plusieurs collègues du département. Agressions verbales de parents, difficultés relationnelles entre enseignants et directeur, ingérence des maires sur le fonctionnement des écoles, difficultés face aux élèves perturbateurs… l’Inspecteur d’Académie a répondu par la création d’une cellule départementale avec un poste de ressources humaines : Mme Anne-Sophie Lassaud-Delattre va avoir pour tâche de traiter les situations particulières jusqu’à l’apaisement. L’institution indique qu’elle répondra de suite aux difficultés liées aux parents, en soutenant les enseignants. Lorsque les parents agressent les enseignants, l’IA se charge de convoquer le parent pour lui signifier le droit et pour que cela ne se reproduise pas.

Le SNUipp-FSU considère que les collègues attendaient cette implication de l’institution, que cela sera perçu enfin comme un réconfort.

- La direction d’école

Outre tout ce que les directeurs ont pu dire lors des réunions, nous avons abordé le problème des directeurs qui gèrent des situations hors de leur temps de classe. Par exemple, aller porter de l’argent de la Coop un mercredi…, et tomber. Est-ce que cela peut être considéré comme un accident de travail ? L’IA a répondu qu’il apporterait un avis favorable à une situation dans le département. Or après renseignement pris auprès de la DAF, cet avis n’a pas été suivi. Il y aurait un vide juridique à ce sujet.

Le SNUipp-FSU reviendra sur des situations similaires qui pourraient être abordées lors de groupe de travail au niveau national.

Pour ce qui concerne la récupération d’une animation pédagogique pour les directeurs ayant participé aux réunions sur leur ressenti et leurs difficultés face à la tâche qui leur est confiée, l’IA ne prend aucune décision sans les directives ministérielles… le SNUipp-FSU national doit réinterroger le ministre sur cette demande qui avait été acceptée oralement par ce dernier lors d’une concertation en novembre.

- Evaluations CP/CE1

Nous avons dénoncé le comportement d’un IEN qui a mis à mal les collègues lors des visites d’accompagnement des collègues en REP et REP+ (plus deux écoles en bordure de REP+). Mme Delobelle a expliqué que les visites étaient suivies des formations REp et REP+ avec un objectif de dédramatiser celles-ci. L’IA a expliqué sa volonté d’un accompagnement bienveillant et positif. Malgré nos remarques précises, l’IA a considéré que cet IEN était dans son droit de demander des précisions didactiques sur la façon d’enseigner au CP et CE1.

Face à notre demande d’un groupe de travail, l’IA a répondu que la rectrice allait créer un observatoire de réussite scolaire et qu’il ne voyait pas l’intérêt de réunir les organisations syndicales.

- La Cité éducative d’Amiens Nord

L’IA a expliqué le principe de fonctionnement d’un secteur d’Amiens de la crèche à l’université. Il imagine un réel partenariat avec tous les acteurs de terrain de ce secteur.

Mme Delobelle comprend les problèmes liés à cette cité éducative, en temps de concertation nécessaire. Le dossier n’a été déposé en préfecture que le 13 décembre. Rien ne sera réellement activé avant le mois de mars. Il y a une nécessité de formation sur les temps REP et REP+ auxquels seront associés les écoles orphelines.

Le SNUipp-FSU a précisé que cela existait il y a plus de 20 ans, avec des directeurs ayant une décharge supplémentaire pour pouvoir faire vivre cette expérience.

-  L’avenir de l’école rurale

Face à la perte sèche de 27 écoles l’an dernier, nous avons souhaité interroger l’IA sur ce qu’il envisageait de faire au niveau des écoles avec la dotation qu’il ne connaissait pas encore. Déjà il a argumenté sur le fait qu’il existe une démographie importante, qu’il voulait une équité de traitement entre les écoles, et qu’il combattrait les inégalités de manière qualitative, progressivement.

La dotation connue depuis le 18 décembre (- 40 postes pour la Picardie) n’amènera sans doute pas d’amélioration des conditions de travail des enseignants, et des apprentissages des élèves.

-  Le paritarisme.

Nous n’aurons plus de groupe de travail sur le mouvement puisque la loi de transformation de la fonction publique s’appliquera dès le 1er janvier 2020. Ainsi, l’IA n’envisage aucune réunion préalable au mouvement du personnel notamment. En effet, celui-ci sera complètement changé. Nous n’aurons aucune visibilité sur la transparence de celui-ci.

Le SNUipp-FSU regrette ce changement qui va mettre en difficulté les collègues qui ne pourront pas changer de poste hors les vœux émis (vœux précis et larges). Cela risque fort d’engendrer de grandes inquiétudes. Des précisions seront données aux collègues via nos RIS.