Vous êtes ici : Accueil du site > Retraite, retraité-e-s > Retraités : après le 31 mars, compte-rendu des audiences.
Publié : 29 avril

Retraités : après le 31 mars, compte-rendu des audiences.

Préfecture, députée, ARS

Suite aux mobilisations du 31 mars , le groupe des neuf (organisations syndicales et de retraités) a décidé d’aller à la rencontre de la Préfecture, de la députée LREM t de l’ARS.

A la Préfecture, nous avons rencontré M. Neveu, responsable du plan de relance de l’économie le matin du 31 mars.

La députée LREM, Mme Delpirou nous a reçu le 12 avril.

Une délégation sera reçue à l’ARS le 5 mai prochain.

Nous avons développé nos arguments sur plusieurs points qui concernent les retraité-e-s mais plus largement l’ensemble de la population :

- Sur le pouvoir d’achat,

de nombreuses augmentations sont survenues depuis l’arrivée de M. Macron au pouvoir : produits de consommation courante (+6%), l’augmentation de la CSG, l’augmentation de l’électricité (+1,6%), du gaz (+3,6%), des mutuelles (+3,6%), des transports (+1,7%)… et face à cela nos pensions ne sont revalorisées que de 0,4%. M. Neveu ne s’est aps aventuré à nous répondre sur les questions nationales. Mme Delpirou a, quant à elle, mis en avant l’indexation des pensions de moins de 2.000€, et l’exonération de la taxe d’habitation. Elle a admis en effet une baisse du pouvoir d’achat des retraités et n’a rien dit face aux 5,5% de pensions en moyenne perdus sous le gouvernement MACRON (-1,7% perdu en 2018 surtout dû à l’augmentation de la CSG, puis augmentation de +0,3% en 2019 et +0,3% en 2020 donc -1,1% alors que l’inflation dans la même période a été de +4,4%.

Nous avons aussi rappelé notre désaccord sur la suppression de l’impôt sur les fortunes, le maintien de la TVA au niveau de 20%, un impôt injuste qui pénalise les plus pauvres, l’explosion des dividendes de certains actionnaires…

Nous avons rappelé que quand on accordait des dizaines de milliards à l’économie (et principalement aux plus gros !), il fallait en face des emplois. Or nombre d’entreprises ont obtenu des bénéfices et licencié du personnel. M. Neveu a admis qu’il fallait vérifier que les aides données aux entreprises servent bien à créer de l’emploi.

- Sur la santé,

Nous avons rappelé que la cour des comptes avait souligné que les gouvernements n’avaient pas tenu compte de l’évolution de la population et qu’il y avait un déficit de lits par rapport aux besoins. Nous avons insisté sur toutes les conséquences que pourraient avoir les déprogrammation d’opérations.

Face à cela, Mme Delpirou a mis en avant la création de la 5ème branche de la sécurité sociale pour financer la perte d’autonomie, ce qui n’est évidemment pas notre position puisque ainsi le gouvernement offre la couverture du risque dépendance aux lobbies des assurances.

- Sur les vaccins,

La conférence nationale de la santé fait un constat critique de la campagne de déploiement. Dans la Somme, ce sont 18 centres de vaccination qui existent, des centres de vaccination éphémères ont été créés pour certains secteurs plus contaminés (la Baie de Somme en particulier). Toutes les personnes âgées de plus de 75 ans et non vaccinés vont être contactées par la CPAM pour les aider à prendre un rendez-vous de vaccination. Nous avons insisté sur la mauvaise organisation de la vaccination qui conduisait à la "débrouille" individuelle et laissait de côté les plus fragiles.

Devant la députée, nous avons relaté la réalité des chiffres : le gouvernement a aidé Sanofi qui dans le même temps a supprimé 400 emplois de chercheurs et a obtenu 340% de profits ventilés à leurs actionnaires, on l’a sentie en difficulté.

- Sur l’âgisme,

Les propos envers les personnes âgées sont odieux. Nous avons constaté qu’aucun ministre n’est chargé de la question des personnes âgées et que cela n’aide pas à poser les questions qui les concernent. La loi grand âge est sans cesse reportée, ceci explique cela !.